Lorient brille dans le jeu et réussit le meilleur départ de son histoire

Des Merlus frétillants ont fait tomber Lyon mercredi (3-1). Ils réalisent ainsi un excellent début de saison, le meilleur de leur histoire en Ligue 1, dont ils occupent la 5e place.

On n'avait jamais vu ça, du moins à ce stade de la saison. Le FC Lorient nouvelle vague possède 13 points après six journées, une première dans la ville aux cinq ports, après un succès probant sur Lyon, mercredi soir, dans cette rencontre en retard de la 2e journée (3-1).

lire aussi

Les tops-flops de Lorient-OL : Ouattara, c'est dingo

Logiquement, les Merlus ont rattrapé leur adversaire et brillent désormais à une 5e place qui ouvre le champ de bien des possibles. Le classement ? « Oui, c'est symbolique, a tranché Régis Le Bris, un entraîneur qui voit plus loin, ailleurs surtout. L'essentiel est à la fois de consolider notre jeu, sentir que l'on progresse et qu'un groupe se construit avec beaucoup de solidarité et de cohésion. Et que l'on soit efficace, car prendre des points est aussi important. On est contents de ce départ, mais demain sera potentiellement autre chose. »

Et si c'était mieux, encore ? Ce qui est avéré, aujourd'hui, c'est que son groupe a réussi sa mutation avec le précédent exercice, qui avait aussi bien démarré (6e après 8 journées), avant une terrifiante dégringolade. Tactiquement, les préceptes du nouveau technicien, qui ne sont pas fondamentalement opposés à ceux de son prédécesseur (Christophe Pélissier), sont déjà bien maîtrisés, avec une grande complicité entre les joueurs et des transitions rapides performantes, car finement élaborées au milieu.

Pas une recherche de la possession « à tout prix »

C'est le message qui est prodigué depuis maintenant deux mois. « On est capables de faire des choses intéressantes en contre, lors de récupérations médianes, et on a souvent été efficaces dans ce domaine-là depuis le début de la saison, explique Le Bris. Contre Lyon, on avait aussi le challenge de construire notre jeu sous pression, on l'a fait en plusieurs occasions, et ça a abouti à des buts magnifiques, dont celui en seconde période. » Quand Terem Moffi a pivoté dans le rond central pour lancer sur la droite Gédéon Kalulu, qui a centré sur le métamorphosé Dango Ouattara (49e).

Bien qu'admirateur, entre autres, du grand Barça de Pep Guardiola, le technicien lorientais « ne recherche pas la possession à tout prix ». « Ce n'est pas un enjeu pour moi, précise-t-il. Les possessions doivent être hyper incisives, pour faire mal à l'adversaire. Mais le jeu direct peut être imprécis et facile à contrôler. Il y a donc quelques relais intermédiaires, des départs un peu plus bas, au milieu notamment, avec du jeu combiné ou du jeu d'appui sur Terem. » Si, en plus, vous ajoutez « des valeurs de solidarité, d'engagement, de dépassement », vous obtenez le cocktail le plus rafraîchissant de ce début de saison. « Froid et déterminé », comme le résume Enzo Le Fée.

lire aussi

Le classement de Ligue 1