Lorient, Pélissier s'inspire de Klopp

Goal.com

Arrivé l'été dernier sur le banc de Lorient, Christophe Pélissier a réussi sa mission avec brio : faire remonter les Merlus en Ligue 1. L'arrêt prématuré de la saison a entériné la monté du FC Lorient, niché en tête de la Ligue 2 durant 22 des 28 journées. Après avoir réussi à faire monter Amiens, Christophe Pélissier est parvenu à ses fins avec un nouveau club. Auteur d'un très bon travail dans le club picard, Christophe Pélissier essaye de faire de même avec les Bretons et a révélé son modèle en terme de gestion et de management, dans une interview accordée à RMC Sport.

Ligue 1 / Ligue 2 : la LFP va contracter un prêt bancaire pour aider les clubs

"Mes inspirations ? Suaudeau, Denoueix, Gourcuff ? Les personnes que vous citez ont inspirées tout le monde dans leur qualité de jeu et de réflexion. Quand j'ai commencé il y a 20 ans, c'était des entraîneurs dont je m'inspirais. Je regardais ce qu'ils faisaient, alors que j'étais à un niveau bien plus bas à l'époque. Aujourd'hui, celui que j’observe beaucoup c'est Jürgen Klopp à Liverpool. C'est quelqu'un qui arrive à fédérer un groupe par rapport à ce qu'il demande. Quand on voit l'intensité que les joueurs mettent dans cette équipe! Et il l’avait déjà fait à Dortmund. À l’heure actuelle, mon inspiration vient de son mode de management car il arrive à tirer la quintessence du groupe à chaque fois", a révélé l'entraîneur de Lorient.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Christophe Pélissier espère conserver son groupe actuel pour la saison prochaine en Ligue 1 : "L'idée directrice va être celle qui m'anime toujours. J'ai envie que mon équipe, quelle que soit la division, à domicile ou à l'extérieur, impose quelque chose et crée une passion et de l’intensité. C'est toujours ma philosophie. Je veux qu'on soit acteur. Certes ,on va aller en Ligue 1. Ça va être difficile, mais on ne va pas y aller pour subir. On a pratiquement tout le groupe qui est sous contrat à part Jimmy Cabot qui nous a annoncé qu'il souhaitait partir. Le meilleur des recrutements, notamment quand il y a une réussite, c'est d'essayer de garder le plus de monde possible".

"Vivre une montée dans un stade plein avec l'émotion, ça manque"

Paul Nardi Lorient Ligue 2
Paul Nardi Lorient Ligue 2

"Les joueurs se sentent bien à Lorient et la volonté du club est de garder cette ossature-là. Après, il y aura d'autres paramètres comme la crise économique. Mais ça ne doit pas être un frein. Il faudra avoir d'autres idées. On a la chance d'avoir un centre de formation qui travaille très bien aussi, des joueurs comme Enzo Le Fée qui a 20 ans, des joueurs qui avaient été prêtés… La Ligue 1 peut être un tremplin pour eux. Il va y avoir des discussions avec Sylvain Marveaux, qui est en fin de contrat. Pour Yann Kitala, qui appartient à Lyon, et Armand Laurienté, à Rennes, nous ne sommes pas décideurs. C’est trop tôt pour en discuter", a ajouté l'ancien entraîneur d'Amiens.

Lyon, Aulas croit toujours à une reprise de la Ligue 1

Christophe Pélissier a jugé la saison du FC Lorient et est heureux, malgré un goût d'inachevé : "Le sentiment est mitigé. Il y a de la joie, du bonheur à retrouver la Ligue 1 car c'était l'objectif de début d’année. Et puis c'est une saison aboutie où, sur 28 journées, nous avons été 22 fois leaders. Mais il y a un manque, car on n’a pas fini la saison. J'ai eu la chance, notamment lors de la dernière montée en Ligue 1 avec Amiens, de vivre des moments incroyables de communion avec les joueurs, le staff et surtout le public. Vivre ça dans un stade plein avec l'émotion, ça manque et ça manquera. J'avais dit aux joueurs, en début de saison, qu’une montée dans la carrière c'était marquant. Car on vit une véritable aventure humaine. Les groupes qui vont au bout sont ceux pour qui ça marche bien sur et en dehors du terrain. Je leur ai dit vendredi qu'ils allaient s'en souvenir, parce qu’on a fait une saison sur le plan humain et footballistique qui était bonne. Mais ils vont s'en souvenir aussi, malheureusement, car on a fêté ça chez nous, chacun devant notre ordinateur, à boire un verre ensemble. Ce n'est pas ce qu'on avait imaginé".

À lire aussi