Louis Carbonel (Montpellier) après la victoire à Toulon : « Pas surpris pas les sifflets au moment de frapper les pénalités »

Le demi d'ouverture de Montpellier Louis Carbonel. (Sy. Thomas/ L'Équipe)

Après la victoire de Montpellier chez son ancienne équipe Toulon (16-26) en Top 14 dimanche, le demi d'ouverture du MHR Louis Carbonel s'est dit motivé par le mauvais accueil réservé par ses ex-supporters.

Louis Carbonel (demi d'ouverture de Montpellier, vainqueur 26-16 à Toulon, son ancien club) : « Ça fait beaucoup de bien. On a passé un dernier mois compliqué. Cette semaine a été compliquée aussi. Ce (dimanche) soir, on a fait le nécessaire pour gagner à l'extérieur. Sur nos fautes, ils arrivent à revenir dans le match mais ce qui a été bien c'est le caractère de l'équipe et notamment des avants. Ils sont récompensés par cet essai en fin de match. J'ai eu un peu peur quand le public a commencé à encourager l'équipe. Mais on a réussi à reprendre le match en main par la suite.

Cette victoire nous remet sur de bons rails. Aujourd'hui, je n'ai pas tremblé mais l'environnement était bizarre. J'avais un surplus d'envie cette semaine et il fallait se canaliser. Je l'avais déjà dit que je ne serais pas surpris par les sifflets au moment de frapper les pénalités. Il y a beaucoup de passionnés et ça a été une motivation encore supplémentaire. J'ai l'impression d'avoir découvert un nouveau stade. Ce (dimanche) matin à la mise en place, j'avais l'impression que les poteaux étaient plus petits (rire). »

Pierre Mignoni (directeur du rugby de Toulon) : « Il y a beaucoup de déception ce (dimanche) soir. C'est un match qui n'est pas abouti. Félicitations à Montpellier. Quant à nous, nous avons fait quarante minutes sans rythme. Le piège était parfait. Il y a eu beaucoup de jeu au pied de pression. Il fallait aller un peu plus vite, ce qu'on a fait en deuxième période même si des petits détails n'ont pas tourné dans notre sens. On a fait des erreurs qui nous coûtent cher. C'est un petit coup d'arrêt après ce premier bloc. Aujourd'hui, on est en retard sur nos objectifs. Mais ce n'est pas une finale, il reste 16 matches. La deuxième partie de saison sera bien mieux. »


lire aussi

Le classement du Top 14