Lucie Schoch : " Il faut un minimum de 30% de femmes pour faire bouger les lignes "

SO FOOT
·1 min de lecture

Alors que le débat s'est cristallisé autour d'une personne, Pierre Ménès, certaines journalistes ont appelé à recentrer la discussion autour du système dans son ensemble. Ce système, pouvez-vous nous le décrire ?
Lorsque j'ai travaillé sur le cas de la presse sportive en Suisse, je me suis rendue compte que l'un des rouages était le mode de recrutement des femmes journalistes de sport. Embauchées dans beaucoup de situations pour leur genre, ces professionnelles se sont retrouvées confrontées à un milieu hostile car les journalistes hommes déjà présents auraient bien positionné leurs pigistes, des hommes évidemment, travaillant pour le média depuis plusieurs années. En piquant en quelque sorte cette place, elles se sont retrouvées isolées. L'une d'elles m'a par exemple raconté que pendant six mois aucun de ses collègues ne lui avait adressé la parole. Au-delà de cet environnement hostile, lié au mode de…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com