Ludivine Blanc : « L'eau glacée, ce n'est pas si froid que ça »

Ludivine Blanc en pleine préparation pour les Championnats du monde en eau glacée à Samoëns. (D. R.)

Titrée trois fois lors de ses premiers Championnats de France en eau glacée en décembre à Megève, la nageuse Ludivine Blanc s'apprête à disputer ce jeudi les Championnats du monde à Samoëns, en Haute-Savoie. La Parisienne veut rêver plus grand.

La nage en eau glacée, le nouveau défi de Ludivine Blanc. Habituée des bassins chauffés, la Française se consacre « psychologiquement » depuis trois mois à sa nouvelle discipline. Entre séances de cryothérapie et kinésithérapeute, la nageuse de 27 ans veut « arriver en forme » pour ses premiers Championnats du monde en eau glacée qui se dérouleront de ce jeudi à dimanche, à Samoëns, en Haute-Savoie.

Trois médailles dans des températures extrêmesAvant d'aborder la plus grande compétition mondiale en eau glacée, Ludivine Blanc a participé aux Championnats de France, début décembre, à Megève, en Haute-Savoie. Pour une première, un contraste saisissant. « La température du bassin était entre 4,6 et 4,8 degrés, précise-t-elle. Dans ces conditions, je ne savais pas comment allait réagir mon corps. J'ai sauté dans l'inconnu et au moment où j'ai mis mon pied dans l'eau, je me suis dit : l'eau glacée c'est pas si froid que ça finalement. »

Pour ses débuts, la Parisienne a fait forte impression. Engagée en 50 m et 100 m nage libre puis 50 m dos, Blanc a brillé avec un succès dans chaque catégorie. Dans le même temps, la Tricolore en a profité pour établir deux nouvelles marques mondiales en 50 m nage libre avec un temps de 29''14 et 50 m dos en 33''54. Sur le 100 m nage libre, elle s'empare du meilleur chrono de France en 1'07''78. « Je ne pouvais pas rêver mieux, nous a-t-elle confié. C'est la cerise sur le gâteau. »

lire aussi : Marathon à la nage à Molitor : « Un rêve devenu réalité » pour Quentin Merat et Ghislain Vachette

Une préparation tronquéeForte mentalement et physiquement, la Française qui vit à Montpellier revient de loin. « Je me suis fait renverser par une voiture à la fin du mois de septembre, explique-t-elle. J'ai subi une commotion cérébrale et un traumatisme crânien donc j'ai mis du temps avant d'aller dans l'eau froide. » Sportive de haut-niveau et préparatrice mentale en dehors des bassins, elle n'a eu qu'un mois pour pouvoir préparer au mieux ses objectifs de fin de saison. « J'ai fait des protocoles de froid chez mon kiné à Montpellier, détaille Blanc. Je me suis préparée pour des efforts courts afin de tenir au maximum 1 minute 30. »

En quête d'un sacre mondialAprès une pause de trois jours juste après les Championnats de France qui se sont déroulés du 9 au 11 décembre, Ludivine Blanc noue de grandes ambitions sur les prochains Mondiaux qui débutent ce jeudi. « Mes performances (aux Championnats de France) m'ont donné un supplément de confiance, avoue la jeune Française. J'ai conscience que je peux aller chercher une médaille mondiale. » Blanc sait d'ores et déjà qu'elle pourra compter sur le soutien de ses supporters qui seront présents autour du bassin.

La saison 2022 n'est pas encore terminée mais la Tricolore a déjà, dans un coin de sa tête, son planning pour l'année prochaine. « Je vais retourner dans des bassins plus chauds pour disputer les Championnats de France en natation course et sauvetage sportif. Et pourquoi pas retourner en eau froide si l'occasion se présente. » En attendant la saison 2023, Ludivine Blanc espère ramener un titre mondial de Samoëns.