Ludovic Blas (Nantes) : « J'avais besoin qu'on me dise oui ou non »

Ludovic Blas, ici lors du Trophée des champions contre le PSG (0-4). (S. Mantey/L'Equipe)

Ludovic Blas, auteur d'une très bonne entrée à la pause face à Toulouse (3-1) ce dimanche, est revenu sur sa décision de finalement rester à Nantes cette saison.

« Vous étiez impatient de rentrer à la pause ?
Quand je voyais ce qu'il se passait, je voulais aider l'équipe, c'est normal. Après je suis rentré plus tôt que prévu mais je suis content pour l'équipe et ce qu'il s'est passé. On était au pied du mur et on a su réagir.

lire aussi

Nantes renverse Toulouse

Comment vous sentiez-vous ?
Aujourd'hui ou dans la semaine ?

lire aussi

Le dossier Blas, symbole des tensions internes à Nantes

Les deux.
Dans la semaine et les semaines précédentes, c'était un peu compliqué parce que je ne savais pas où mettre la tête. C'était compliqué de travailler à l'entraînement, de jouer les matches. Parce que je ne savais pas ce que j'allais faire, où j'allais finir, je ne connaissais pas les décisions des présidents, je n'avais pas de nouvelles. J'ai joué Lille et Marseille par respect pour mes coéquipiers et pour le club, parce que je dois énormément à ce club, mais à un moment donné c'était trop compliqué. C'est pour ça que j'ai pris la décision d'annoncer au coach que je ne voulais pas jouer aujourd'hui, pour essayer d'avoir des réponses. C'est ce qu'il s'est passé. J'en ai eu, maintenant je suis clair dans ma tête, cette saison je suis à Nantes.

« J'ai peut-être activé quelque chose qui a fait un peu de bruit mais ça m'a aidé »

Lille, c'était votre choix numéro 1 ?
J'avais un bon de sortie dans un premier temps, après il s'est passé certaines choses avec le LOSC et je crois qu'il y avait un accord. Ce sont les présidents qui décident et être dans l'incompréhension comme ça, c'était trop pour moi. J'ai peut-être activé quelque chose qui a fait un peu de bruit mais ça m'a aidé.

lire aussi

Toute l'actu de Nantes

Vous ne souhaitez pas prolonger ?
Je n'ai pas envie qu'on dise que je reste parce qu'on me propose un nouveau contrat. Je suis là parce que j'en ai envie. Dans ma tête ça m'est arrivé de me dire : "j'ai envie de partir", et c'est ce qu'il s'est passé, mais il me reste deux ans de contrat, je suis assez large pour le coup, dans ma tête on continue comme ça, après peut-être que je prolongerai, il y aura des discussions. Le plus important ce n'est pas la prolongation, c'est que je sois là cette année.

lire aussi

Le classement de Ligue 1

Avez-vous un bon de sortie du président pour la fin de cette saison ?
C'est le président qui décide, franchement on verra bien.

Qu'est ce qui vous a convaincu de rester ?
Je suis parti voir le coach parce que je n'avais pas de réponse et que je n'étais pas bien dans ma tête. Il l'a compris, c'est pour ça qu'il m'a dit que je n'allais pas débuter contre Toulouse. Ce que j'ai fait ça a marché, au final j'ai eu des réponses le lendemain. J'avais besoin de réponses pour continuer l'aventure, tout simplement. Dans tous les cas j'allais être content, parce que franchement, on ne va pas se mentir, ici on est bien, il y a la Coupe d'Europe et tout. Il fallait juste me dire oui ou non. Il m'a dit non, il m'a dit pourquoi, maintenant tout est carré.

C'est digéré ?
J'ai essayé de le montrer sur le terrain, parce que là on parle, mais c'est le seul endroit où je peux le montrer. J'ai aidé l'équipe. »