Ludovic Fabregas à propos de la Slovénie : « Une équipe forcément très dangereuse »

Ludovic Fabregas, ici contre l'Arabie saoudite samedi, est un des piliers de la défense française (A. Martin/L'Équipe)

Le pivot français sait que la tâche ne sera pas aisée, lundi, face à la Slovénie, dans un dernier match du tour préliminaire dont l'enjeu est la première place du groupe. Important avant d'entamer le tour principal des Championnats du monde, mercredi.

« Cela vous a fait du bien d'être un peu moins utilisé (33 minutes, 4 sur 4 aux tirs) contre l'Arabie saoudite (41-23) , samedi ?
Oui, ça fait du bien. Sur ce match, l'objectif était de donner du temps de jeu, des responsabilités à tout le monde. Étant donné que le résultat est très positif, et que tout le monde a pu participer, ça nous permet d'accumuler de la confiance et aussi de conserver de l'énergie pour le match contre la Slovénie.

Que pensez-vous des Slovènes qui ont tapé fort samedi contre la Pologne (32-23) et face auxquels se joue, lundi (18 heures), la première place du groupe, importante pour le tour principal qui débute mercredi à Cracovie pour vous ?
C'est une très belle nation de hand, avec des joueurs de grande qualité. Beaucoup évoluent en Ligue des champions, ça montre aussi leur qualité. Contre la Pologne, ils ont fait 40 minutes de haut niveau, derrière j'ai peu regardé car la différence était faite. Il y avait aussi la récupération à faire. Ce n'est pas forcément des grands gabarits, ou très peu, mais des joueurs qui jouent très bien au ballon, ont la capacité de lâcher des balles sur les ailiers et sur le jeu intérieur notamment, de manière exceptionnelle. Une équipe qui sera forcément très dangereuse.

Vous aviez déjà joué l'Euro 2022 sans Luka Karabatic, qui est votre binôme en défense centrale. Comment vivez-vous ce début de compétition où il est à la fois absent (le capitaine n'a pas encore joué à cause de douleurs dorsales) et présent ?
C'est vrai que c'est un peu particulier car sur la préparation on a beaucoup travaillé les associations avec Luka. Cela reste la base de notre défense. Du coup, on a dû rapidement s'adapter avec Nicolas Tournat pour pouvoir peaufiner, faire quelques ajustements défensifs. On a aussi un peu d'expérience ensemble, ce qui nous a permis d'aborder au mieux ce début de compétition. On a aussi répondu présent sur le secteur défensif en l'absence de Luka. On espère le revoir très vite mais en tout cas, on est au service de l'équipe de France. On essaiera toujours de produire la plus belle performance possible.

Kentin Mahé, préposé au tir de penalty avec Melvyn Richardson, nous disait qu'à l'entraînement vous en tiriez souvent...
À la base, je le faisais un peu pour rigoler, je le faisais parfois avec Melvyn (Richardson) à Montpellier. En étant à Barcelone, j'ai voulu le travailler car ce sont des tirs dans la position à peu près identique dans laquelle je peux être dans ma position de pivot. Cela m'a servi la saison dernière en finale de la Ligue des champions (gagnée avec Barcelone 32-32, 5-3 aux t.a.b., contre Kielce). J'aime bien venir un peu titiller Melvyn et Kentin pour leur mettre un peu la pression et leur dire que s'il y a une opportunité je peux être présent (rire). Peut-être que ça marche aussi, Kentin reste très efficace dans ce secteur-là parce qu'il sent peut-être la pression de Melvyn et la mienne. »

lire aussi : Toute l'actualité du Mondial