Luis Enrique (Espagne) : «Nous ne ferons aucun calcul»

Luis Enrique face à l'Allemagne. (F. Faugère/L'Équipe)

Un match nul qualifierait l'Espagne pour les huitièmes de la Coupe du monde, ce jeudi (20 heures), contre le Japon. Mais le coach espagnol Luis Enrique n'est pas du genre à calculer et il assure que son équipe jouera pour gagner, comme toujours.

« Avez-vous prévu de faire des changements ? Sergio Busquets a un carton jaune...
Il reste encore un entraînement pour décider du onze de départ mais nous ne ferons aucun calcul. On doit gagner le match, on est dans un groupe où tout le monde peut encore se qualifier et même si nous sommes en bonne position, nous voulons gagner pour rester premiers.

Vous avez l'air de bien vivre la pression sur cette Coupe du monde.
Il y a toujours cette idée que les rassemblements doivent être rigides, avec des règles très strictes... Moi, la chose la plus importante, et je l'ai dite aux joueurs, c'est qu'ils prennent du plaisir. Nous avons tous besoin de nous amuser et vous devez aimer votre boulot. La pression est un privilège, cette pression veut dire que nous représentons notre pays.

lire aussi : Face à l'Allemagne, l'Espagne a montré quelques lacunes

Gavi et Rodri pourraient-il être ménagés contre le Japon ? Ils ne se sont pas entraînés hier...
Cela dépend toujours de la situation, pour ce match nous allons nous entraîner ce soir et nous verrons. Ce sont des joueurs qui sont titulaires en club et en sélection, mais ils veulent jouer. Hier, ils voulaient s'entraîner mais on a préféré les ménager, avec le staff médical. Ce soir, nous verrons. Mais il n'y a pas besoin de forcer.

Vous n'allez pas calculer mais vous comprenez que les gens y pensent. Pourquoi écarter la possibilité d'un tableau plus facile ?
D'un point de vue professionnel, imaginez qu'on calcule, on fait 0-0 contre le Japon, l'Allemagne fait 0-0 contre le Costa Rica, et à la dernière minute le Japon marque et le Costa Rica marque, on est éliminés. Nous, on est une bonne équipe et on veut finir premier parce que les grandes équipes terminent premières. En huitième, on jouera contre qui on jouera, si on prend le Brésil en quart on prendra le Brésil, c'est tout. Le sport de haut niveau ne calcule pas.

A quel match vous attendez-vous ?
Ce sera un match compliqué, je pense que nous allons dominer. Mais c'est une équipe qui sait se fermer, qui sait presser. Je pense que ce sera un match ouvert. »

lire aussi : Toute l'actualité de la Coupe du monde

Pau Torres : « Nous suivrons les idées d'Enrique jusqu'au bout »