Luis Enrique (sélectionneur de l'Espagne) après la défaite face au Japon : « Je ne suis pas content du tout »

Luis Enrique, le sélectionneur de l'Espagne, battue par le Japon. (A. Réau/L'Équipe)

Malgré la qualification de son équipe pour les 8es de finale de la Coupe du monde, Luis Enrique, le sélectionneur de l'Espagne, n'a pas masqué sa frustration après la défaite de la Roja face au Japon (1-2), après avoir mené, ce jeudi.

Luis Enrique (sélectionneur de l'Espagne après la défaite face au Japon, 1-2) : « Dans le football, il n'y a pas de bons ou mauvais côtés. Il n'y a que du mérite. Je ne suis pas content du tout. On s'est qualifié, mais je voulais le faire en étant premier et en gagnant. Mais en cinq minutes (trois) ils nous ont marqué deux buts, en dix minutes ils nous ont complètement désarticulés. A la pause, on a discuté du fait qu'ils allaient venir attaquer, et on n'a pas su le gérer. On est entré en mode effondrement. Ils ont cadré trois frappes et nous ont mis deux buts. S'ils avaient pu nous en mettre deux de plus, ils l'auraient fait. Je n'ai rien à célébrer ce soir. C'est ce qu'il y a d'inexplicable dans le football. On aurait du essayer de calmer le jeu, d'arrêter le rythme du match, de les pousser vers autre chose... mais comment expliquer que tu as dominé pendant 80 minutes et que tu as perdu 2-1 ? Pendant trois minutes, on était éliminé, mais je ne le savais pas, j'aurais fait un infarctus. (Sur le deuxième but équivoque) J'ai vu une photo qui doit être truquée ou manipulée, parce que c'est impossible que cette photo soit vraie. J'ai senti qu'il se passait quelque chose de louche quand la VAR a mis autant de temps à se décider... Je n'ai rien à dire. Heureusement que l'équipe n'entre en mode effondrement qu'une fois tous les quatre ans, sinon je ne tiendrais pas le coup...»

Sergio Busquets (capitaine de l'Espagne, au micro de la chaîne espagnole TVE) : « On avait le match sous contrôle, du moins on le croyait, mais ils attendaient la moindre de nos pertes de balle pour contre-attaquer. La deuxième mi-temps, ça a été ça. Une mauvaise sortie, un joli but, et ensuite ils ont vu leur moral regonflé. Ils créaient du danger en contre, ils fermaient bien les espaces et ils se repliaient très bien. On ne voulait pas que cela arrive, notre intention était de gagner. On voulait sortir de ce groupe en étant premiers. On ne voulait pas choisir notre adversaire. Maintenant, on va aborder le tableau de l'autre côté, en tant que 2e de groupe, mais cela ne dit pas si ça sera plus ou moins dur. On doit continuer. Il nous reste un 8e de finale contre le Maroc qui sera aussi un match très difficile. »

lire aussi : Les tops-flops de Japon-Espagne : Doan sonne la révolte, Busquets en souffrance

Alvaro Morata (attaquant de l'Espagne, à la télévision espagnole) : « C'était incroyable. L'important est que nous soyons qualifiés. Dans presque toutes les Coupes du monde, toutes les équipes ont eu des moments difficiles. L'important est de les dépasser et de continuer à se faire confiance. À partir de demain on va se mettre les 8es de finale dans la tête. Ça ne peut plus se reproduire parce que sinon tu rentres à la maison... Ils nous ont mis 2 buts en cinq minutes. Il n'est plus nécessaire d'y penser, l'important est que nous soyons en 8es de finale. À partir de demain, nous allons préparer le match et tout donner. »

lire aussi : Le tableau de la phase finale de la Coupe du monde