Luis Suárez, la vengeance a un visage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À Madrid, le temps de cuisson pour déguster la vengeance est désormais connu : 373 jours, pas un de plus et pas un de moins. Car voilà très exactement la durée nécessaire pour permettre à Luis Suárez, avant-centre d'un Atlético de Madrid temporairement co-leader de Liga, de rendre la monnaie de sa pièce à Ronald Koeman. Passé par le Barça entre 2014 et 2020 où il aura facturé 195 buts et 113 passes décisives, l'Uruguayen avait des comptes à régler avec son ancien coach. "À Barcelone, Koeman m'avait dit : "Si tu ne signes pas à l'Atlético demain, je t'écarte dimanche contre Villarreal", a révélé l'attaquant, dans les colonnes du quotidien catalan SPORT. Je lui ai répondu : "Comment ? Si je n'entre pas dans tes plans, tu vas me mettre de côté ?" De me traiter comme ça et de m'envoyer m'entraîner à part comme si j'avais quinze ans, ça m'a fait mal. Ça m'a déçu, je suis rentré en pleurant à la maison. C'était du…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles