L'Ukraine s'impose en Écosse et se qualifie en finale des barrages au Mondial 2022

Pour son premier match de l'année à cause de la guerre sur son sol, l'Ukraine est allée s'imposer mercredi en Écosse (3-1) à Glasgow en demi-finales des barrages. Pour obtenir leur billet pour la Coupe du monde au Qatar, les Ukrainiens devront s'imposer au pays de Galles dimanche (18 heures).

Le match : le symbole presque secondaire

Puisque le spectacle doit continuer, qu'un pays envahi depuis trois mois, porté par son esprit de résistant guerrier, voulait poursuivre son rêve de participation à sa deuxième Coupe du monde, écrin de revendications pacifistes, l'Ukraine est parvenue à son premier exploit. Elle s'est imposée avec la manière en terre écossaise (3-1), validant sa finale pour les barrages ce dimanche à Cardiff en terre galloise.

La majorité de ses joueurs n'avait participé à aucune compétition depuis décembre. Cela ne s'est pas vu sur le terrain où la Zbirna s'est procurée plusieurs occasions nettes en première période. Avant l'ouverture du score sur un bijou technique de Iarmolenko (0-1, 33e). Le capitaine contrôlait du pied gauche une ouverture en profondeur de Malinovski avant de lober sur le geste suivant le gardien écossais depuis l'entrée de la surface.

C'est la 45e réalisation du « boss ukrainien », à trois unités du recordman, ex-sélectionneur présent dans les tribunes, Andreï Chevtchenko. Au cours d'une rencontre à sens unique, ce but a rapidement été validé en début de deuxième période par une autre réussite collective, une tête croisée du grand Iaremchouk sur centre impeccable de Karavaev au deuxième poteau (0-2, 49e). Au bout du temps additionnel, un contre de Dovbyk scellait l'exploit (1-3, 90e +° 5).

Le fait : Hampden Park, le théâtre des émotions

Malgré la ferveur dévolue à la « Tartan Army », Hampden Park a commencé par encourager ses troupes avec une retenue compréhensible. Des drapeaux bleu ciel et jaune flottaient partout dans le stade. L'hymne ukrainien a été respecté au plus haut point. On a ensuite senti que l'Ecosse avait nettement plus à perdre et parviendrait difficilement à se libérer. Comme si les spectateurs, inconsciemment, validaient l'envie de la légende Graeme Souness de voir l'Ukraine aller au Qatar et y remporter l'épreuve.

Ce respect induit, les insuffisances écossaises dans les derniers gestes et la supériorité globale ukrainienne ont favorisé la victoire des maillots jaunes. Le public a enfin poussé en fin de rencontre, surtout lorsque son équipe est revenue miraculeusement au score. Mais, au coup de sifflet final, le respect du onze au chardon, celui de ses spectateurs, la communion avec les supporters ukrainien, les accolades entre les joueurs ont été le théâtre de nouveaux moments d'émotion. Comme une respiration d'une heure et demie au profit d'un peuple qui a goûté au milieu des bombes à une parenthèse joyeuse.

Les joueurs : deux gardiens aux performances opposées

La fébrilité de Bouchtchane, voire le relâchement des visiteurs, qui ont tenté de faire tourner le ballon en menant 2-0, n'ont pas été totalement exploités par l'Ecosse. D'abord par Mc Gregor (57e) qui contrait un dégagement tardif du gardien ukrainien. Ni par McGinn qui ne profitait pas d'un ballon glissant de ses mains (67e). Adams, lui, échouait sur le gardien ukrainien auteur de son seul véritable arrêt au sol (76e). Mais le même Bouchtchane ratait une énième fois son intervention. Il laissait passer un tir anodin de McGregor.

Malgré un tacle désespéré, Stepanenko ne pouvait sauver avant le franchissement de la ligne par le ballon, comme le confirmait la Goal Line (1-2, 79e). Le but de l'espoir pour l'Ecosse. Un peu trop tardif. Engluée dans ses turpitudes, l'équipe britannique a déjoué pendant une heure. Peu de ses éléments ont été à la hauteur. Seul son gardien Gordon a maintenu le suspense en réalisant plusieurs arrêts décisifs notamment en première période (8e, 17e, 20e).

lire aussi

Le film d'Écosse-Ukraine

lire aussi

Les barrages de la Coupe du monde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles