Lyon, Aulas : "Il y a un certain nombre de choses qui nous insupportent"

Goal.com
Le président rhodanien Jean-Michel Aulas s'est exprimé après la défaite de son équipe face au PSG dimanche.
Le président rhodanien Jean-Michel Aulas s'est exprimé après la défaite de son équipe face au PSG dimanche.

Le PSG s'est imposé ce dimanche contre Lyon (4-2) dans le choc du weekend en Ligue 1, mais a connu quelques trous d'air et s'est fait peur face au club rhodanien.

PSG-Lyon (4-2) : en ce moment, Paris aime se faire peur

Le boss de l'OL Jean-Michel Aulas s'est exprimé au terme du match et a analysé le match de son équipe en zone mixte.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le cacique rhodanien évoque notamment l'aribtrage et pointe aussi la différence de qualité entre els deux effectifs :

"C'est un match un peu bizarre. Je vais vous donner mon analyse de débutant dans le football : les circonstances du match ne nous ont pas aidé. On a fait 20 bonnes premières minutes puis Di Maria a contribué à jeter le trouble. On a voulu chercher haut ce PSG. En 2e mi-temps, malgré le but gag qui nous a mis dans une situation encore plus difficile, cette 2e mi-temps a été d'une autre facture. On a plus attendu le PSG, on s'est moins jetés, et on a construit un certain nombre d'occasions, dont la 3e. Ce qui est très constructif, c'est la construction de ces buts (…) Il aurait fallu que le PSG soit moins fort car cette équipe est vraiment très, très forte. Je regrette l'action de la première mi-temps. Marçal se fait expulser à Nice, c'est rouge, là c'est jaune…. Je peux simplement comparer les deux actions qui sont exactement identiques. Si le PSG avait joué à 10, évidemment ça nous aurait aidé pour mieux résister. Il nous manque un certain nombre de grands joueurs comme le PSG qui peut se permettre d'avoir un certain nombre d'absents et faire un match comme cela. Nous, il nous manquait 7 titulaires. Il faudrait avoir un petit peu moins de casse", a confié le président lyonnais.

"On essaie de recruter - on a vu Karl Toko-Ekambi qui a fait une excellente prestation. On essaie aussi de faire jouer des jeunes. Il faut prendre le risque quand on sort de très bons joueurs de les faire jouer. On essaie d'être un club humain qui, à un moment donné, fait jouer ses jeunes. On est dans un contexte où il faut savoir résister. Aujourd'hui on a joué Paris qu'on rejouera en finale de la Coupe de la Ligue. Je pense qu'on a beaucoup appris pour jouer cette finale. L'objectif du podium s'est éloigné mais Rennes a fait match nul contre Brest. Il faut finir en boulet de canon pour se rapprocher. Si c'est le cas, on sera satisfait car on sait par ailleurs qu'on va jouer contre la Juventus et en quarts de finale de Coupe de France. Il y a un certain nombre de choses qui nous insupportent. On va rentrer lundi et jouer mercredi, Marseille a joué samedi (….) Si les médias jouent leur rôle qui est de déceler les anomalies, on aura un certain nombres de supporters avec nous puisqu'il y a des choses injustes", a encore analysé Aulas.

 

Benjamin Quarez au Parc des Princes

 

À lire aussi