Mágico González, l'autre vrai meilleur joueur du monde

SO FOOT
So Foot

Cette histoire commence par un record. Le 15 juin 1982, pour son entrée dans le mondial espagnol, la Hongrie affronte le Salvador. Dans la nuit chaude d'Elche, les Magyars atomisent les joueurs d'Amérique centrale 10 buts à 1, plus grosse branlée en date de la Coupe du monde. À la surprise générale, c'est pourtant un Salvadorien qui est élu homme du match. L'état civil dit Jorge González, mais lui ne se retourne que si on l'appelle "Mágico". Malgré un petit buste mal emboîté sur des jambes trop courtes, l'attaquant salvadorien a tout du phénomène : vif, technique, dribbleur hors pair. Six mois plus tôt, Mágico González s'était déjà amusé face au Mexique, en traversant tout seul la défense aztèque pour offrir à son pays la deuxième qualification de son histoire. Des tribunes, Mágico est facile à repérer : c'est le type qui joue les chaussettes baissées et le sourire aux lèvres. Si cela ne suffit pas, on peut aussi le…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com


Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi