Márquez : Dovizioso ? Il n'est rapide que sur certains circuits

Léna Buffa
motorsport.com

au sommet de son art dans un dernier virage qui a laissé le public en apnée. Visiblement un peu pincé par sa défaite, lui qui mentionnait à chaud avoir fait une erreur dans son choix de pneu, le leader du championnat du monde a rapidement su faire la part des choses et retenir l'essentiel : cette année, ce n'est que la deuxième fois que le pilote Ducati l'a ainsi poussé dans ses retranchements.

Voir aussi :

Photos - Le sensationnel duel Dovizioso-Márquez en Autriche

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"J'ai essayé jusqu'à la fin et je savais que le dernier virage serait très dur, parce que si je freinais trop tard alors il m'aurait passé avant la ligne d'arrivée", explique le #93 auprès du site officiel du MotoGP. "Je m'y attendais et c'est pourquoi je suis entré vite et j'ai glissé, mais il a mieux ralenti : c'était dur de stopper la moto là-bas et ma protection de frein avant s'est attachée à sa moto : quand il m'a passé, il y a eu un contact, la protection a cassé, je suis parvenu à ne pas chuter et c'est déjà énorme !"

"J'ai préféré le dernier tour de Brno à celui-ci !" admet Márquez avec le sourire, lui qui était arrivé en Autriche avec le souhait d'accrocher à son palmarès cette victoire, la seule qui lui manque au calendrier actuel. Le bilan final reste tout de même glorieux, avec un nouveau record absolu et, pour la troisième année consécutive, la pole et la deuxième place, mais pour la victoire il faudra donc repasser car Ducati reste invincible.

"Je suis content de ces 20 points et il faut qu'on continue comme ça : c'est mon plus mauvais résultat du championnat à ce stade, mis à part Austin où je suis tombé. Le plus important c'est que quand on est difficulté, on est là, en bagarre pour la victoire", retient toutefois le pilote Honda. "Dovi, je sais que quand il est rapide, il l'est vraiment, mais il n'est rapide que sur certains circuits. Le plus important pour nous c'est le championnat. On est rapides sur tous les circuits et il faut qu'on garde la même mentalité car notre objectif c'est le championnat."

Lire aussi :

Márquez beau perdant : "Une superbe bataille car on se respecte"

La semaine prochaine, le championnat a rendez-vous sur un autre type de piste, plus complexe encore pour l'Espagnol si l'on en croit le fait qu'il ne s'y est plus imposé depuis 2014 et n'y est pas monté sur le podium lors de ses trois dernières participations. Silverstone posera un autre type de défi, mais le redoutable champion de Cervera sait faire la part des choses et, aussi attrayant soit-il de tenter de repousser ses propres limites, c'est avec du recul qu'il veut mener sa course.

"Ma mentalité est celle d'un winner et j'aborde chaque week-end avec pour objectif d'essayer de gagner la course. [Au Red Bull Ring], on a travaillé de manière très solide parce qu'on savait que Dovi était sur l'un de ses meilleurs circuits. J'ai déjà appris il y a quelques années que si l'on gagne le championnat en fin de saison, personne ne se souvient de qui a gagné la course jusqu'à ce qu'on y revienne l'année suivante."

"[À Silverstone], on verra, c'est un de mes pires circuits, mais l'année dernière on n'était pas loin et je pense que cette année ça peut changer et on peut être plus compétitifs. Il faut qu'on voie bien quel est notre principal objectif là-bas et comment est le nouvel asphalte, parce que ce sera l'un des plus grands facteurs du week-end", prévient-il.

Pour ce Grand Prix de Grande-Bretagne, le pilote Honda s'autorise aussi à utiliser une RC213V différente, après avoir choisi en Autriche de faire confiance au nouveau châssis du HRC, ainsi qu'à des nouveautés aérodynamiques. De toute évidence, le HRC a désormais un jeu de cartes riche dans lequel il peut piocher pour utiliser à chaque Grand Prix l'atout le plus adapté.

"La spoon, c'était pour l'effet d'appui sur le point de freinage et c'était une petite aide. L'aéro, c'était pour le wheeling et ça a un peu aidé aussi et c'est la raison pour laquelle on a pu rester avec Dovi. Pour le châssis, on a encore des doutes", explique-t-il. "On l'a essayé vendredi et le feeling était meilleur tout comme son potentiel sur la piste et c'est la raison pour laquelle on l'a utilisé. Peut-être qu'on fera une nouvelle comparaison à Silverstone, parce que le châssis [standard] a aussi des points très positifs."

Avec Guillaume Navarro

À lire aussi