Médias - « La grande histoire du ski » rafraîchit la mémoire

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le documentaire de Pierre-Antoine Hiroz diffusé sur Arte ce samedi, et en ligne pendant un mois, retrace le parcours des pionniers du sport et leur impact sur un phénomène de société. Juste après les Mondiaux de Cortina d'Ampezzo et à quelques semaines de la fin de la saison de Coupe du monde, Arte propose ce samedi (22 h 25 et sur arte.tv jusqu'au 27 mars) « La grande histoire du ski », un passionnant documentaire de Pierre-Antoine Hiroz sur l'histoire parfois méconnue du ski, qui ne fut pas toujours alpin. Quand et où est donc né ce qui fut d'abord un mode de vie voire de survie avant d'être un sport ? En Asie, il y a près de dix mille ans, les nomades mongols utilisaient déjà de rudimentaires planches de bois pour se déplacer et surtout chasser, comme le montrent des peintures rupestres. Le film réalisé par Pierre-Antoine Hiroz rassemble de passionnantes images d'archives, fixes ou animées. On y découvre des pionniers, comme l'explorateur norvégien Fridtjof Nansen lors de sa traversée à skis du Groenland en 1888, ou les premiers chasseurs alpins, français puis étrangers au début du vingtième siècle. La technique rudimentaire et les gestes empruntés des débuts font parfois sourire, mais l'heure est beaucoup plus grave quand le ski apparaît aux Jeux d'hiver de 1936 à Garmisch-Partenkirchen sous les yeux d'Hitler, ravi des performances des athlètes allemands. En Bavière, un jeune Français fait pourtant beaucoup parler en empochant le bronze au combiné, et en refusant de faire le salut nazi : Émile Allais devient un personnage central de son sport. Il invente ensuite une nouvelle méthode d'enseignement du ski, dont les bases perdurent aujourd'hui. On le retrouve aussi en action pendant la seconde guerre mondiale, et le documentaire a déniché des scènes de combat étonnantes entre chasseurs alpins français et italiens, skis aux pieds et fusil en main. lire aussi Toute l'actualité des médias
Dans les années 50, la montagne s'ouvre rapidement au tourisme, et la glisse devient un fort aimant, synonyme d'or blanc en France comme en Suisse, les deux pays coproducteurs de cette grande histoire du ski. Plaisir nostalgique de revoir pousser les stations plus ou moins réussies sur le plan architectural, puis de voir à l'oeuvre Jean-Claude Killy, star des JO 1968 de Grenoble, ou les duellistes suisses de la vitesse Bernhard Russi et Roland Collombin quelques années plus tard. Sans oublier d'évoquer les nouvelles formes de ski, du freestyle à la révolution du carving, l'avenir du sport et donc de toute une industrie (équipementiers, tourisme) est aussi abordé à la lumière du réchauffement climatique. Y aura-t-il encore de la neige naturelle en moyenne montagne dans quelques décennies ? Rien n'est moins sûr.