Médias - Jeff Maunoury, le dessinateur qui « ha-bille » les unes de L'Équipe au stylo

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Depuis trois ans, Jeff Maunoury, affichiste pour le cinéma, s'amuse à réinventer les unes de L'Équipe qui l'inspirent. Ses illustrations font le lien entre la photo et l'éditorial. Il nous en livre les secrets de fabrication, vidéos à l'appui. Jeff Maunoury est l'un des dix derniers affichistes pour le cinéma en France. Il a notamment collaboré sur des films à succès comme « Les Choristes », « Les Petits Mouchoirs », ou plus récemment « De Gaulle ». Si son histoire avec L'Équipe a débuté il y a plus de dix ans, elle a pris, en 2017, une autre forme. Tout a débuté via son rituel matinal : prendre son petit-déjeuner dans un café, en lisant son journal favori. Un coup de téléphone et un stylo à bille ont fait le reste. Ce matin-là, le 14 décembre 2017, machinalement, il griffonne la tête de Christopher Froome qui orne la une. Comme lorsqu'on était gosse, quand on dessinait des lunettes et des moustaches sur les photos des magazines qui nous aidaient à patienter chez le médecin... Sauf que ce quinqua n'est plus un gosse et qu'il ne s'est pas arrêté aux lunettes. Il a dessiné durant deux heures. Et récidivé le lendemain, puis les jours suivants. « C'était comme travailler avec la chose la plus simple du monde. Parce que le stylo-bille, ça se trouve dans les cafés pour faire son loto. » Sa démarche est simple : il modifie la photo de la une en la recouvrant de noir et crée une illustration « au carrefour entre une photo et un rédactionnel ». De là, une série se dessine. Une série qu'il appelle « j'ha-bille L'Équipe » et qu'il veut dans le respect du journal. « Je ne voulais pas faire quelque chose de totalement gratuit. Je voulais que ça ait du sens. » En revanche, pas question de couvrir le logo du journal. « Je l'adore. C'est un titre fort. Et puis, je veux que l'on sache à quel journal on a affaire. » lire aussi Diego Maradona, un « Dieu » à la une de L'Équipe Jeff Maunoury « Je trouvais intéressant de faire le lien entre le sport et l'art » Pour ce Niçois d'origine, joueur du Gazélec Sport Côte d'Azur dans sa jeunesse et graphiste de formation, ce travail artistique est d'abord un plaisir personnel, un retour au plaisir pur du dessin. « Je trouvais intéressant de faire le lien entre le sport et l'art », détaille-t-il, même s'il reconnaît ne pas avoir réfléchi à tout cela au début. Il voulait seulement passer un bon moment. « C'est parti d'un truc tout bête, un jeu, de maquiller les choses. C'était le bon carrefour entre ce que j'aime faire et ce que j'aime lire. En une de L'Équipe, il y a souvent une photo assez forte, donc l'inspiration ou l'idée viennent assez vite. Il y a toutes les valeurs dans le sport, donc c'est facile à illustrer. » Jeff Maunoury « C'est comme une saga, le sport. Je suis rentré dedans comme on regarde une série sur Netflix. » Au départ, ces unes illustrées étaient réservées à quelques privilégiés et s'entassaient, au fil des jours, dans des cartons. Un ami lui soufflera de les publier sur les réseaux sociaux. Depuis, il filme son travail, et s'autorise même l'utilisation de feutres et de découpages, comme pour la une du 28 juin 2019 où il a transformé Corinne Diacre en Calamity Jane. « Cette contrainte de n'ajouter que du noir n'était pas facile. Car on ne peut que rajouter, pas enlever. Recouvrir toute une page de noir au stylo prend à peu près trois heures. Quand L'Équipe était en grand format, je n'aurais pas pu avoir cette idée, elle m'aurait demandé beaucoup de boulot. [...] Donc je me suis détendu avec moi-même. » Cinq cents stylos BIC plus tard, ce fidèle lecteur comptabilise près de quatre-vingts unes illustrées à son actif. Un travail qu'il définit comme une forme d'hommage au journal et qu'il partage désormais sur son compte Instagram @jeff_Maunoury.