Médias - Une mise à pied au service des sports de Radio France

·1 min de lecture

Radio France a annoncé vendredi deux licenciements et trois mises à pied avec suspension de salaire à l'issue de l'enquête externe menée après la diffusion d'un documentaire sur le sexisme dans les rédactions sportives. L'une des mises à pied concerne un journaliste du service des sports. En mars, à la suite du documentaire télévisé de Marie Portolano « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste », Radio France a lancé une enquête externe et indépendante. S'appuyant sur 80 entretiens, les conclusions de cette enquête témoignaient notamment d'une « ambiance de travail très dure justifiant le stress, la violence et le sexisme » (blagues, gestes, attitudes dénigrantes...), d'une tolérance « au quotidien » de « situations et comportements graves » dans divers services, et de la primauté donnée aux besoins de l'antenne plutôt qu'à la protection des victimes, selon une présentation consultée précédemment par l'AFP. « 4 blâmes, 3 mises à pied avec suspension de salaire et 2 licenciements sont engagés » selon un communiqué de Radio France L'enquête a donné lieu à « 11 procédures disciplinaires » qui concernaient notamment France Bleu Pays basque et le service des sports, deux rédactions mises en cause par la journaliste Amaia Cazenave, l'une des journalistes interrogées dans le documentaire de Marie Portolano. Selon nos informations, un journaliste de la rédaction des sports, à Paris, serait concerné par une mise à pied avec suspension de salaire. « De manière précise, 4 blâmes, 3 mises à pied avec suspension de salaire et 2 licenciements sont engagés », a seulement précisé, dans un communiqué, Radio France en ne livrant aucune identité. Le groupe radiophonique n'est pas le seul média mis en cause dans le documentaire de Marie Portolano : Canal+ et RMC Sport avaient également lancé des enquêtes internes en mars après sa diffusion. Le chroniqueur vedette du Canal Football Club de Canal+, Pierre Ménès, accusé d'agressions sexuelles, avait quitté la chaîne cryptée après avoir trouvé un accord financier en juillet, lire aussi Toute l'actu des médias

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles