Ménopause : les bouffées de chaleur augmenteraient le risque de développer de l'hypertension

istock/fizkes

C'est la période de la vie d'une femme qui marque l'arrêt de l'ovulation et la disparition des règles : la ménopause. Parmi les symptômes les plus fréquents, on retrouve les bouffées de chaleur, qui sont observées chez 75 à 85 % des femmes. D'après le Manuel MSD, elles durent généralement près de 7,5 ans en moyenne, mais peuvent durer plus de 10 ans.

Lorsqu'elles sont intenses, elles peuvent même provoquer un syndrome métabolique et de l'hypertension artérielle. Telle est la conclusion d'une étude présentée au 25e Congrès européen d'endocrinologie à Istanbul (Turquie) qui s'est déroulé du 13 au 16 mai.

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont examiné 825 femmes en bonne santé, âgées de 40 à 65 ans.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Après une période de suivi d'une durée de 15 ans, les chercheurs ont constaté que les femmes souffrant de bouffées de chaleur modérées à sévères étaient plus susceptibles de développer de l'hypertension et un syndrome métabolique.

Pour rappel, le syndrome métabolique correspond à l’association de plusieurs troubles liés à la présence d’un excès de graisse à l’intérieur du ventre. Selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), les personnes concernées présentent en général un tour de taille important et au moins deux autres anomalies telles qu'une hyperglycémie, un taux de triglycérides élevé, un faible taux de "bon" cholestérol HDL ainsi qu'une tension artérielle trop haute.

"Notre étude montre que les femmes les plus symptomatiques après (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite