Mads Pedersen remporte la 13e étape de la Vuelta devant Bryan Coquard, Remco Evenepoel reste leader

Deuxième victoire de la saison sur un Grand Tour pour Mads Pedersen après son triomphe sur la 13e étape, déjà, du Tour de France. (B. BRUNO/Presse Sports)

Après avoir fini trois fois deuxième sur cette Vuelta, Mads Pedersen a enfin levé les bras sur la ligne lors de la 13e étape vendredi. L'ancien champion du monde devance le Français Bryan Coquard et l'Allemand Pascal Ackermann. Remco Evenepoel reste en tête du général.

Le 13 lui porte bonheur. Comme sur le Tour de France, Mads Pedersen (Trek-Segafredo) a attendu la treizième étape pour triompher sur la Vuelta. Maillot vert de meilleur sprinteur sur le dos, le Danois, déjà trois fois deuxième sur ce Tour d'Espagne, s'est facilement imposé au sprint à Montilla en devançant le Français Bryan Coquard (Cofidis) - qui a démenti vouloir quitter la Vuelta ce vendredi soir - et l'Allemand Pascal Ackermann (UAE Team Emirates).

Une journée de transition

Si vous avez travaillé cet après-midi, rassurez-vous, vous n'avez pas raté grand-chose car les sprinteurs avaient coché ce rendez-vous, un des derniers pour eux avant Madrid dimanche prochain (avec éventuellement mardi).

Le peloton a laissé partir les premiers attaquants du jour, trois baroudeurs habitués à être à l'avant sur cette Vuelta : Ander Okamika (Euskaltel - Euskadi), Joan Bou (Burgos-BH) et Julius Van Den Berg (EF Education).

12

Bryan Coquard a décroché son 12e podium sur une course de niveau World Tour. Malheureusement, sans aucune victoire pour le coureur tricolore.

Une échappée facile à contrôler pour les Trek et les Cofidis qui n'ont jamais laissé plus de 3'30" d'avance aux trois courageux. Repris à 9,5 kilomètres de la ligne, ils n'ont jamais pu croire à une hypothétique victoire. Seul fait notable et regrettable, l'abandon sur chute du Français Thibault Guernalec (Arkéa-Samsic)

lire aussi

Le classement de la 13e étape

Pourtant, Bryan Coquard était fort

Le scénario attendu a donc eu lieu. Dans un final de 700 m à 5 %, Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a essayé de jouer sa carte, sans succès. À 300 mètres de la ligne, Ackermann a pris le dernier virage en tête, lançant son sprint de trop loin. Pedersen a eu le nez creux en prenant la roue de l'Allemand. À la sortie du dernier tournant, l'écart entre les deux hommes et le reste du peloton était fait, permettant au champion du monde 2019 de triompher avec aisance.

Bryan Coquard, au micro d'Eurosport au sujet du vainqueur du jour

« On parle d'Evenepoel mais le plus fort sur cette Vuelta c'est peut-être Pedersen »

Derrière, Bryan Coquard a fait un sacré retour dans les 200 derniers mètres pour échouer à la deuxième place, lui aussi bien devant les autres coureurs. Sans regrets malgré tout pour le Français qui a déclaré au micro d'Eurosport : « Pedersen était le plus fort, je me suis pris les coureurs qui se relèvent et je n'ai pas pu prendre sa roue. Derrière, je reprends centimètre par centimètre mais c'est déjà trop tard », avant de compléter : « On parle d'Evenepoel mais dans son registre c'est peut-être Pedersen le plus fort de cette Vuelta ».

Au classement général aucun changement pour les favoris. Au lendemain de sa chute, le leader Remco Evenepoel (Quick-Step Alpha Vinyl) a passé une journée sans histoire pour conserver son maillot rouge avec 2'41 d'avance sur Primoz Roglic et 3'03" sur Enric Mas. Samedi, l'arrivée au sommet de la Sierra de la Pandera (8,5 km à 7,6 %) pourrait permettre aux adversaires du Belge de l'attaquer.

lire aussi

Le classement général de la Vuelta