Mads Pedersen remporte la 16e étape de la Vuelta au terme d'un final très houleux

Mads Pedersen a encore levé les bras au terme d'un sprint en petit comité où Primoz Roglic a chuté. (Rafa Gomez/Presse Sports)

Mads Pedersen (Trek-Segafredo) s'est offert une deuxième victoire sur la Vuelta 2022, dans un final où Remco Evenepoel (Quick-Step) a crevé et Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a lourdement chuté. Le Slovène pourrait ne pas repartir mercredi.

La 16e étape de la Vuelta, entre Sanlucar de Barrameda et Tomares (189,4 km), n'était pas particulièrement ciblée comme une journée susceptible de renverser le classement général. Mais l'un des grands tournants de la course est sans doute survenu ce jeudi puisque Primoz Roglic, l'un des derniers rivaux de Remco Evenepoel dans la lutte au maillot rouge, a lourdement chuté à moins de 100 mètres de la ligne alors qu'il avait lui-même attaqué à trois kilomètres de l'arrivée. Le genou et le coude droits en sang, prostré après la ligne d'arrivée le Slovène pourrait ne pas repartir mercredi pour la 17e étape qui mènera le peloton au Monastère de Tentudi.

lire aussi

Le film de l'étape

Une accélération foudroyante, puis la chute

Roglic, auteur d'une accélération foudroyante à trois kilomètres de la ligne, avait pourtant fait la sélection parmi les favoris du jour dans la petite bosse finale, n'emmenant dans sa roue que Pascal Ackermann (UAE), Mads Pedersen (Trek-Segafredo), Danny van Poppel (Bora-Hansgrohe) et Fred Wright (Bahrain-Victorious). Mais à 100 mètres de l'arrivée, le 2e du général a légèrement dévié de sa trajectoire, touché la roue arrière de Wright et s'est écrasé contre le bitume.

Derrière, le leader Remco Evenepoel, piégé par l'accélération de Roglic, a été victime d'un incident mécanique. Mais celui-ci étant survenu dans les trois derniers kilomètres, il sera reclassé dans le même temps que le peloton. « J'ai eu une crevaison alors que je n'étais pas dans la meilleure position, a convenu Evenepoel. Je suis heureux que ça se soit bien passé pour moi tout de même. J'espère que Primoz pourra continuer la course, je m'attendais à ce qu'il attaque dans le final. Je suis triste pour lui. »

L'étape, très calme avant l'emballement final, n'a été animée que par l'échappée des Espagnols Ander Okamika (Burgos-BH) et Luis Angel Maté (Euskaltel-Euskadi), repris à 14 km de l'arrivée. L'équipe Cofidis a longtemps roulé pour limiter leur avance mais Bryan Coquard (12e) était un peu juste dans le final. Derrière Mads Pedersen, déjà vainqueur de la 13e étape vendredi et encore intouchable, le sprint du peloton a été dominé par Quentin Pacher (Groupama-FDJ), 5e de l'étape).

lire aussi

Les trois étapes où pourrait se jouer la Vuelta