La Main de Dieu : voir Naples, Diego Maradona et grandir

·1 min de lecture

Il faut croire que le cinéma, comme le football, vit une drôle d'époque. Quand Marvel Studios et Warner Bros monopolisent les recettes en salles grâce à Spider-Man : Far From Home et Matrix Resurrections, Paolo Sorrentino – comme Martin Scorsese ou Jane Campion avant lui – doit se contenter d'une sortie sur Netflix pour continuer de dispenser son art. C'est ballot. Car contrairement aux superproductions méta-régressives des studios américains, le réalisateur italien propose avec La Main de Dieu un film d'apprentissage intime, courageux et jamais bêtement nostalgique.

À la poursuite de Maradona


Cette fois-ci, le réalisateur de La Grande Bellezza nous emmène à Naples, au milieu des années 1980. Son héros, Fabietto Schisa, vit une adolescence heureuse, typiquement parthénopéenne. Grande famille, grand ciel bleu, grand bordel conversationnel à chaque déjeuner dominical, où…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles