Le majordome de Nasser al-Khelaïfi (président du PSG) se confie

Nasser al-Kelaïfi, le président du PSG depuis 2011. (Alnoche /Presse Sports)

Le majordome de Nasser al-Khelaïfi a affirmé à Mediapart avoir, à sa demande, récupéré et détruit des données confidentielles pour les soustraire à la police. La justice a pu vérifier qu'il y a, dans ces documents appartenant au président du PSG des informations sensibles au sujet de la Coupe du monde au Qatar.

C'est l'homme par qui le scandale arrive. Cité dans le cadre d'une vaste enquête ouverte sur des soupçons de barbouzeries au sein du PSG, Hicham Karmoussi, l'intendant et majordome de Nasser al-Khelaïfi depuis deux décennies, s'est exprimé publiquement pour la première fois auprès de Mediapart. Selon une information de nos confrères que L'Équipe est en mesure de confirmer, l'homme a déjà été auditionné comme témoin, mardi, par les policiers de l'office anticorruption, qui mène des investigations portant sur l'attribution du Mondial 2022 au Qatar.

lire aussi : Ce que révèle l'enquête sur les soupçons de barbouzeries au PSG

Comme l'avaient déjà évoqué Libération et L'Équipe, Hicham Karmoussi affirme en effet avoir fait le « ménage » deux fois, en 2017, avant des perquisitions menées par les forces de l'ordre, pour éviter que des données sensibles appartenant au patron du PSG ne soient découvertes par la police. Le majordome soutient ainsi avoir dissimulé un téléphone de Nasser al-Khelaïfi qui aurait contenu des documents compromettants. L'intendant admet avoir fait une copie de ces fichiers numériques qu'il aurait par la suite confié à plusieurs proches, dont un lobbyiste proche du Qatar et du PSG, Tayeb Benabderrahmane, et un ancien policier devenu le référent supporter du PSG.

Des documents relatifs à l'attribution de la Coupe du monde 2022 au QatarParmi les documents aux mains des trois hommes, figurent de nombreuses données personnelles et intimes. Mais également, selon Mediapart, des échanges de Nasser al-Khelaïfi avec plusieurs dignitaires et personnalités du monde du sport qui se rapportent directement à la FIFA et à l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. De quoi relancer l'enquête du juge Tournaire sur des soupçons de corruption ? À la justice de le déterminer.

En septembre 2022, Tayeb Benabderrahmane a pour sa part assuré avoir été séquestré de longs mois en 2020 par le Qatar et avoir dû signer sous la contrainte des protocoles d'accord, par lesquels il s'engageait à restituer les documents en sa possession en échange de sa libération. Une version que refusent de commenter les autorités qataries depuis le début de cette affaire.

Vendredi, l'entourage de Nasser al-Khelaïfi a une nouvelle fois décidé de ne pas répondre aux questions de nos confrères de Mediapart, se contentant de dénoncer un « groupe de voyous » qui tenterait de faire chanter le PSG.

lire aussi : Valcke : la Coupe du monde au Qatar a été « un accélérateur des ennuis de la FIFA »