Malard-Bacha (OL) : « Ça peut être notre match »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Melvine Malard et Selma Bacha lors du quart retour de C1 face à la Juve. (A. Martin/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Amies depuis l'âge de 14 ans et leur passage au centre de formation de l'OL, Melvine Malard et Selma Bacha, qui ont joué un rôle essentiel dans la saison « reconquête » de l'OL, vont disputer leur première finale de Ligue des champions ensemble.

Selma Bacha a pris un peu d'avance sur son amie Melvine Malard. En 2018, âgé de 17 ans, Bacha a disputé - et remporté - sa première finale de Ligue des champions avec l'Olympique Lyonnais, face à Wolfsburg (4-1, a.p.) comme titulaire. Présente dans le groupe, Malard n'était pas entrée en jeu. Les deux jeunes joueuses de 22 ans comptent deux autres C1 à leur palmarès (2019, 2020), mais la Réunionnaise est toujours en attente de ses premières minutes dans une finale de C1, alors que Bacha était entrée en fin de match, en 2019, face au FC Barcelone (4-1).

lire aussi

Calendrier et résultats de la Ligue des champions féminine

« J'ai hâte car ce sera la première finale où je fais vraiment partie de l'équipe », se réjouissait d'ailleurs l'attaquante il y a quelques jours. Ce soir, à Turin, face au FC Barcelone, Sonia Bompastor pourrait mettre fin à cette longue attente en la titularisant sur le côté gauche de l'attaque devant... Selma Bacha.

Melvine Malard

« Selma, c'est une soeur, ma meilleure amie ici. C'est bien de jouer au football avec sa meilleure amie »

Les destins de Bacha et Malard se sont liés il y a sept ans lors de leur passage au centre de formation de l'OL que dirigeait Bompastor. « Selma, je l'ai connue quand j'avais 14 ans, raconte Malard avec un immense sourire. Elle a été mon binôme et jusqu'à aujourd'hui, on est toujours ensemble. Selma c'est une soeur, ma meilleure amie ici. C'est bien de jouer au football avec sa meilleure amie. » Bacha se montre tout aussi admirative de son acolyte. « Je suis très fière d'elle, assure la latérale gauche. On a grandi ensemble. Maintenant, il ne faut pas lâcher. J'espère qu'elle fera une grosse carrière, je lui souhaite un petit but pour la finale de Ligue des champions. »

lire aussi

Sonia Bompastor, l'entraîneure qui a relancé l'OL

Ces deux jeunes femmes au caractère volubile et extraverti se sont bien trouvées et ont apporté de « la fraîcheur » au groupe si l'on en croit Eugénie Le Sommer. « Elles sont très bien intégrées dans l'équipe, affirme l'attaquante qui vient de célébrer ses 33 ans. Selma jouait déjà depuis un petit moment avec nous. Melvine joue beaucoup plus cette saison. » Pour Le Sommer, le prêt de Malard à Fleury, en 2019-2020, avant la pandémie, a été une aubaine pour la jeune attaquante. « Son parcours est un exemple, poursuit l'internationale française. Quand elle est revenue, ce n'était pas la même joueuse, elle avait cette détermination. Aujourd'hui, on voit qu'elle a eu raison, elle arrive à s'imposer ici, et à avoir du temps de jeu (32 matches, 25 titularisations, 16 buts). »

« Elles nous font beaucoup de bien. Elles prennent de plus en plus leur place dans ce groupe »

Delphine Cascarino, qui a trois ans de plus que Bacha et Malard, mais qui a aussi été formée à l'OL, ne tarit d'éloge sur ses deux jeunes coéquipières représentante de la génération 2000, vainqueur de l'Euro U19 en 2019. « Elles nous font beaucoup de bien, assure l'ailière lyonnaise. Elles prennent de plus en plus leur place dans ce groupe. C'est ce qui fait la force de l'OL, de prendre des joueuses du centre de formation, comme moi-même, comme Amel Majri et de leur donner leur chance. C'est ce qui fait que l'ADN lyonnais perdure dans cette équipe. Dès le plus jeune âge, on leur inculque nos valeurs, on les retrouve au plus haut niveau, c'est ce qui fait qu'on gagne. »

Ce samedi soir, Bacha (8 passes décisives dans cette édition de la C1, aucune joueuse n'a fait mieux) et Malard (4 buts en 12 matches), qui se connaissent par coeur sur le terrain, rêvent de faire basculer le match en faveur de leur équipe. « Comme je dis toujours à Selma, quand on est sur le terrain ensemble, c'est parce que Sonia sait qu'on a ces automatismes entre nous et cette énergie qu'on donne sur le côté gauche, continue Malard. Ça peut être notre match. Disputer cette finale c'est déjà quelque chose d'énorme, on va tout faire pour être sur le terrain ensemble. » Et soulever la Coupe ensemble.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles