Malgré un investissement colossal, Guardiola n'a toujours pas trouvé la bonne formule défensive pour City

·1 min de lecture

Quatre cent soixante-dix-huit millions et demi d’euros. C’est la fortune dépensée par Manchester City pour satisfaire les besoins défensifs incessants de son entraîneur depuis quatre ans, Pep Guardiola. Quatrième défense de Premier League en 2016-2017, les Citizens ont planté les barbelés lors des trois saisons suivantes, finissant parmi les deux meilleures défenses du royaume. En Ligue des champions, en revanche, le club financé par les Émirats arabes unis n’a jamais franchi les quarts de finale, encaissant en moyenne 2,6 buts par match au stade de l’élimination. S’il a trouvé la formule en attaque, avec le duo Agüero-Sterling, puis au milieu autour de De Bruyne puis Rodri, le technicien catalan n’en finit pas de chercher une ossature défensive.

Le va-et-vient avait débuté avant lui (Mangala, Otamendi) mais il l’a accéléré. À l’été 2016, il bat le record de l’époque pour John Stones, premier flop à 55 millions d’euros. Le suivant est complètement fou : le gardien Ederson (40 millions) et le latéral Kyle Walker (53 millions) se sont imposés durablement, les Bleus Aymeric Laporte (65 millions) et Benjamin Mendy (57,5) sont intermittents, Danilo est reparti à la Juve après deux saisons, moyennant une rare plus- value (de 30 à 37 millions). La folie des grandeurs a recommencé depuis deux ans, d’abord pour le latéral portugais João Cancelo (65 millions) puis Nathan Aké (Bournemouth) et Rúben Dias (Benfica), respectivement 45 et 68 millions c...


Lire la suite sur LeJDD