Malheureuse en demies du Mondial, Caroline Drouin a chassé les doutes lors du match pour le bronze

Caroline Drouin a inscrit 41 points au cours du Mondial. (D. Rowland/Reuters)

Caroline Drouin, la buteuse des Bleues, a su faire abstraction de sa pénalité manquée en fin de match face aux Black Ferns en demies, le week-end dernier, pour livrer une grande performance lors de la petite finale de la Coupe du monde face au Canada ce samedi (36-0).

Chacun va à son rythme quand il s'agit d'évacuer un traumatisme. Caroline Drouin, elle, y parvient un peu plus vite que la moyenne. Une semaine après son échec sur la pénalité de la gagne en demi-finales face aux Black Ferns (24-25), la demie d'ouverture des Bleues s'est baladée sur cette même pelouse de l'Eden Park, au cours d'un match pour la troisième place à sens unique face au Canada (36-0).

lire aussi : Résultats de la Coupe du monde

Après la rencontre, la Rennaise, autrice d'un solide 5/6 face aux poteaux, est revenue pour la première fois sur le terrible souvenir de la 80e minute du week-end précédent. « Je ne pense pas que cette pénalité va forcément me hanter, a-t-elle souligné. Elle fera partie de la construction de ma carrière. C'est un fait de jeu. Parfois c'est positif, là ça n'a pas été le cas. Mais ça me fera grandir parce que je ferai tout pour ne pas revivre un scénario pareil. »

Drouin, rare joueuse à avoir été titularisée lors de chaque rencontre du Mondial (*), a reconnu avoir reçu « énormément de messages de soutien » après la demie. Elle a aussi pu compter sur ses partenaires pour l'aider à surmonter les tourments de la culpabilité. Les Bleues ont été nombreuses à souligner le mental impressionnant de leur ouvreuse. « Caro est une femme hyper forte, a salué sa capitaine Gaëlle Hermet. Elle est capable de switcher, de se remobiliser pour le groupe, parce qu'elle sait qu'on a besoin d'elle. Elle sait surtout qu'on l'aime, en tant que joueuse mais aussi en tant qu'amie. Pour moi, c'est un honneur de jouer avec des filles comme elles. »

« On est en finale ! »Vendredi, lors de l'entraînement des buteuses sur la pelouse de l'Eden Park, Drouin a tenu à retaper cette pénalité de malheur. « Après que le ballon est passé entre les poteaux, Pauline (Bourdon) a crié un peu partout dans le stade : "On est en finale ! On est en finale !", rigole-t-elle. Ça y est, ç'a été digéré, je peux en parler plus facilement, sans amertume. »

Partenaire de Drouin à la charnière, Bourdon a vu de près l'évolution de sa demie d'ouverture tout au long de la semaine. « Caro l'a eu très dur les deux jours qui ont suivi la demie, rappelle la numéro 9. Mais on était là pour elle, on l'a accompagné un maximum. On lui a dit qu'on ne lui en voulait pas du tout. Elle va apprendre de ces matches pour nous faire grandir plus tard. Si ça se reproduit à l'avenir, elle saura mieux le gérer. Aujourd'hui (samedi), elle était sereine, elle savait ce qu'elle voulait faire. Elle a oublié ce qu'il s'est passé la semaine dernière. »

lire aussi : Bronze et turbulences pour les Bleues