Manchester City - La lettre de Guardiola à la Premier League pour se plaindre du calendrier

L'entraîneur des Citizens s'est plaint du calendrier de son équipe durant la période des fêtes auprès de la Premier League.
L'entraîneur des Citizens s'est plaint du calendrier de son équipe durant la période des fêtes auprès de la Premier League.

Pep Guardiola a une nouvelle fois fait connaître ses sentiments sur le calendrier des rencontres de Manchester City pendant la période de Noël et du Nouvel An. L'Espagnol a déjà concédé que son équipe a peu de chances de remporter le titre de Premier League cette saison, mais il veut se concentrer sur l'obtention d'une place en Ligue des champions.

Manchester City, Pep Guardiola amoureux de Kevin De Bruyne

Comme beaucoup d'équipes à cette époque de l'année, les plans de Guardiola ne sont pas aidés par un calendrier chargé. Après la victoire 3-1 de son équipe contre Leicester City samedi dernier, le Catalan a exposé en détail le programme de son équipe pour les prochains jours.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"J'ai écrit une lettre à la Premier League pour la remercier. Nous irons au frigo après les Wolves pour nous préparer pour Sheffield United, a-t-il déclaré Guardiola au Telegraph.  [Dimanche était] un jour off, nous nous entraînons [les 23 et 24 décembre]. La nuit du 24 est libre. Le matin du 25 est libre. Puis le 26, on s'entraîne et le 27, on joue contre l'équipe de Nuno."

Les champions en titre sont actuellement à 11 points du haut du tableau et sont troisièmes de la Premier League, toujours à un point de Leicester et vont donc successivement défier Wolverhampton vendredi (20h45) et Sheffiel dimanche (19h).

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Guardiola exprime son inquiétude concernant la quantité de rencontres à disputer dans la saison. Au début de la saison 2016-2017, sa première à Manchester City avant de remporter deux titres de Premier League consécutifs en 2018 et 2019, Guardiola avait déjà commenté le manque de repos dont ses joueurs avaient pu bénéficier avant la nouvelle campagne.

À lire aussi