Manchester United inflige à Arsenal sa première défaite en Premier League

Manchester United inflige à Arsenal sa première défaite en Premier League

Manchester United a fait chuter Arsenal, dimanche, avec des buts d'Antony, sa nouvelle recrue, et de Marcus Rashford (3-1).

Si Manchester United finit par réussir sa saison, Erik ten Hag saura exactement ce qui l'aura sauvé : être mené 4-0 à Brentford, à la mi-temps de la deuxième journée, le 13 août. Sans doute fallait-il ce naufrage pour qu'il ait complètement les mains libres. Cette démonstration par l'absurde que l'affaire était injouable en laissant sur le terrain le meilleur buteur, Cristiano Ronaldo, et le capitaine, Harry Maguire, a permis à l'entraîneur néerlandais de reprendre la main sur d'autres bases. Et rien n'aura mieux montré à quel point Ronaldo et Maguire sont un peu décalés, dans cette équipe et dans ce style de jeu, que la victoire renversante de MU, hier, face au leader Arsenal (3-1), tombé pour la première fois de la saison.

Du jeu rapide, une connexion parfaite entre les lanceurs (Eriksen, Fernandes) et le receveur (Rashford) : balloté en permanence par la qualité supérieure du jeu collectif d'Arsenal, qui discutera longuement l'ouverture du score refusée à Martinelli alors que l'arbitre avait décidé de laisser jouer sur un contact subi par Eriksen, avant de changer d'avis au ralenti, MU a puni les Gunners sur trois accélérations. Deux buts et une passe décisive pour Rashford, décidément retrouvé, un but pour la recrue, le Brésilien Anthony, Old Trafford a aimé ce très beau match de foot qui a perpétué une série incroyable : après avoir mené à la mi-temps, comme hier (1-0), MU n'a pas perdu à la maison depuis 1984.

Ten Hag : « Nous avons vu le potentiel d'Antony aujourd'hui »

lire aussi

Le film de Manchester United - Arsenal

Avec la possession une fois sur six, depuis le début de la saison, et entre 10 et 17 tirs concédés (39% et 10 tirs à 16, hier), MU a bouclé une quatrième victoire d'afilée, qui fait dire à ten Hag : « On a su être dangereux sur les attaques rapides, et on a défendu comme une équipe. On doit travailler pour avoir plus de contrôle, garder l'adversaire plus loin de notre but et mieux conserver le ballon. »

Martinez-Varane, une charnière qui marche

Le jeu rapide était déjà une signature de MU sous Ole-Gunnar Solskjaer, mais la venue de Ronaldo l'avait freiné, il y a un an. Il est de retour, comme Marcus Rashford, et il n'y a pas de hasard. La saison est longue, et l'orgueil comme le talent du Portugais le ramèneront forcément à la surface un moment ou à un autre, mais la réalité est que l'un des plus grands joueurs de l'histoire joue désormais un rôle comparse, confronté à la cruauté d'avoir à ce point travaillé à être éternel et d'être rattrapé par le temps qui passe. Il est entré en fin de match, hier, pour la troisième fois d'affilée.

lire aussi

Les tops-flops de Manchester United - Arsenal

L'autre choix décisif de ten Hag aura étré la mise à l'écart du capitaine, Harry Maguire, et la réinstallation de Raphaël Varane en défense centrale. Aux côtés du combattant Lisandro Martinez, le Français enchaîne les matches de patron : il n'y a pas que des nuages, au-dessus de l'équipe de France. Alors qu'Arsenal reste leader et a montré paradoxalement ses progrès, le Big 6 est déjà dans le Top 7, où Brighton (4e) ne fait que passer, et l'atmosphère est bien plus joyeuse à Old Trafford : les fans n'aiment toujours pas la famille Glazer, mais ils vont commencer à aimer cette équipe.

lire aussi

Le classement