Le Mans a "une importance capitale" dans l'ADN de McLaren

Basile Davoine
motorsport.com

Tout en concentrant ses efforts sur un retour au premier plan en Formule 1, à travers une réorganisation de son écurie depuis de longs mois, a maintenu sa volonté de diversification. Elle s'est notamment traduite par son engagement en IndyCar, tandis que le flirt avec l'Endurance se poursuit. À ce titre, le rapprochement annoncé entre l'ACO et l'IMSA entrouvre une porte que le constructeur de Woking se réserve le droit de pousser. À sa tête, Zak Brown n'en cache d'ailleurs pas l'envie depuis des mois mais rappelle qu'une telle décision ne se prendra pas à la légère et encore moins dans l'immédiat, compte tenu de la crise mondiale provoquée par le nouveau coronavirus.

Interrogé sur la future réglementation LMDh qui doit être prochainement dévoilée, Zak Brown assure qu'elle se base sur un "terrain d'entente idéal" qui a été trouvé entre l'ACO, l'IMSA et la FIA. "Félicitations à eux pour avoir adopté un ensemble de règles unifiées qui, je pense, sont extrêmement attrayantes", explique-t-il au cours d'un entretien accordé à Motorsport.com dans le cadre de la série #thinkingforward. "Que McLaren s'engage dans de nouvelles formes de sport automobile n'est pas un sujet de discussion aujourd'hui en raison de ce qui se passe. Ceci étant dit, est-ce que les règles rendent cela plus attrayant pour McLaren, pour notre désir de revenir en Endurance ? Absolument."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Toyota repousse le premier roulage de son HypercarLa dernière Peugeot 908 victorieuse mise en vente

Car Zak Brown a toujours porté un regard bienveillant sur l'Endurance et plus particulièrement sur les 24 Heures du Mans, épreuve qu'il considère comme un pilier inamovible de la compétition automobile et qui cadre avec l'Histoire de la marque McLaren. "C'est l'une des plus grandes courses au monde actuellement", insiste-t-il. "Vous connaissez Monaco en Formule 1, vous connaissez Indianapolis et vous connaissez Le Mans. En tout cas, du point de vue de McLaren, dans notre ADN, c'est d'une importance capitale. C'est une course géante, je l'adore. Vous le savez, j'ai couru là-bas avec United Autosport, donc Le Mans est un rendez-vous régulier. Nous avons une grande entreprise d'automobile et de voitures de sport qui est très complémentaire à ça. Nous avons du GT, un programme compétition GT4 couronné de succès, et nous avons certainement le désir de revenir au Mans."

Un désir qui ne permet pas pour autant de brûler les étapes et passe par le fait de garder les pieds sur terre s'il doit être un jour concrétisé. "Dans l'immédiat, ce que nous devons faire, c'est voir, lorsque nous aurons surmonté cette crise, à quoi ressemble le nouveau monde, à quoi ressemble la Formule 1", prévient Zak Brown. "Puis comme à chaque fois que nous nous engageons dans une nouvelle forme de sport automobile, tout est question de timing, d'être préparé, que ce soit financièrement abordable. Mais les règles telles qu'elles sont énoncées constituent clairement quelque chose qui enthousiasme McLaren. Nous devons juste voir comment le monde va évoluer autour de nous."

Propos recueillis par James Allen et Jonathan Noble  

À lire aussi