Quand Manuel Amoros filait à la mexicaine

·1 min de lecture

C'est une petite colonne de Reforma, datée de 9 juin 1996. "Le défenseur Manu Amoros est arrivé hier pour s'intégrer au Club Puebla", indique le quotidien mexicain. Le pays d'Hugo Sánchez est à l'époque une destination qui commence à devenir à la mode pour les vétérans européens, alors qu'Emilio Butragueño a repoussé sa retraite pour venir prêter main forte en 1995 à l'Atlético Celaya (modeste club qu'il vient d'envoyer en finale du championnat). Un an plus tard, c'est un autre membre de la mythique Quinta del Buitre du Real Madrid qui vient le rejoindre : Michel. L'arrivée de ces grands noms a d'ailleurs contribué à attirer le latéral français, une référence mondiale à son poste. C'est, en tout cas, ce qu'il répond dans un espagnol approximatif à la presse mexicaine à son arrivée à l'aéroport de Mexico.

Pourtant, Manu Amoros n'a aucunement l'intention de s'éterniser au Mexique. Du pays picante,…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles