Maracineanu lassée de la guéguerre entre les clubs

Goal.com

Depuis mardi dernier, les clubs de Ligue 1 savent que la saison n’ira pas à son bout. Un verdict qui a été globalement très mal accueilli par les dirigeants des clubs. En raison principalement du manque à gagner qu’il va générer, mais aussi à cause du flou qui entoure le classement final de la saison. Plusieurs options sont étudiées par la LFP pour déterminer les qualifiés pour les Coupes d’Europe, ainsi que les descentes à l’étage inférieur.

Maracineanu : "Pas d'exception pour le sport"

Ces options varient, avec à chaque fois des heureux et des malheureux qui différent, notamment pour ce qui est de l’accès à la C3. De fait, depuis l’annonce de l’arrêt du championnat, chacun essaye de défendre ses intérêts. Certains, à l’instar de Jean-Michel Aulas, essaye de trouver des parades pour que son club s’en tire le mieux possible, avec des propositions de play-offs.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Ces conflits ne sont pas du goût de Roxanna Maracineanu, la ministre des Sports. Ainsi, l’ancienne nageuse a haussé le ton pour demander plus de bon sens et de solidarité à tous les acteurs du football français. Au micro de RTL, elle a déclaré ce matin : « On a vu des diffuseurs qui refusaient de payer les traites prévues, des présidents de club qui ne voyaient que leur propre intérêt, des joueurs qui ne se souciaient pas suffisamment de leur club. Il faut qu’il y ait de l’empathie. C’est ce que cette crise impose à tout le monde. Or, on n’a pas pris ça par le bon bout dans le football professionnel. »

Selon L’Equipe, des responsables des clubs de l’élite ont aussi contacté le gouvernement des explications, voire des assouplissements des décrets afin de pouvoir reprendre le plus vite possible. Pour Maracineanu, il n’y a aucune chance pour que les politiciens reviennent sur leurs annonces : « Je crois que le signal que le Premier ministre a lancé dans son discours était clair, simple. C’est compliqué d’avoir des voix qui se contredisent. Je crois qu’il faut s’ancrer sur des choses certaines, la nouvelle saison. Ils ont signé un contrat (TV, avec Mediapro, ndlr) qui leur permet de vivre et de survivre ».

 

À lire aussi