Un marathon olympique technique et historique pour Paris 2024

Le parcours du marathon des JO 2024. (E. Garnier/D.R)

Paris 2024 a dévoilé, mercredi après-midi, le parcours du marathon olympique, qui partira de l'Hôtel de Ville pour arriver sur l'esplanade des Invalides les 10 et 11 août 2024.

Dans son obsession de « casser les codes » des Jeux, Paris 2024 opère un retour en arrière historique pour le tracé du marathon olympique. Plus précisément en 1789 quand six à sept mille femmes, réclamant du pain et des armes, ont marché de Paris à Versailles pour aller chercher le roi Louis XVI et le ramener aux Tuileries. C'est symboliquement le jour où le roi ratifia la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, que les acteurs des Jeux ont révélé, ce mardi 5 octobre devant l'Hôtel de Ville, le parcours du marathon olympique, le même que le marathon ouvert à tous.

lire aussi


Toute l'actu de Paris 2024

Comme annoncé lors de la présentation du calendrier des épreuves, les marathoniennes fermeront le bal le dimanche 11 août, juste avant la cérémonie de clôture, le marathon masculin se déroulant le samedi 10. « La femme est mise en avant et cela rejoint tout le travail que l'on a sur la parité de ces Jeux », explique Jean-Philippe Gatien, directeur des Sports de Paris 2024.

Techniquement, l'épreuve présente un « profil exceptionnel », souligne Alain Blondel, sport manager pour l'athlétisme de Paris 2024, qui travaille sur son tracé depuis plus d'un an avec les spécialistes de World Athletics. « On part de 34 mètres en altitude au-dessus de la mer à l'Hôtel de Ville et on arrive à 36 mètres à l'hôtel des Invalides mais, entretemps, on a 438 mètres de dénivelé positif et 436 mètres de dénivelé négatif », poursuit le champion d'Europe du décathlon en 1994. « C'est un vrai défi pour les athlètes et les entraîneurs parce que ce sont des enchaînements qu'ils ne connaissent pas et une logique de course différente. Ils ont toujours l'habitude de courir sur des parcours plats pour aller chercher des chronos, là on n'est pas sur une référence chronométrique. Je ne sais pas à quelle vitesse ils vont arriver mais ce qui est important est de créer un défi hors du commun, unique et qui ne sera peut-être plus jamais reproduit », détaille Alain Blondel.

Les techniciens d'OBS (Olympic Broadcasting Services), le diffuseur hôte des Jeux, ont déjà fait des repérages pour capter les monuments en arrière-plan. Reste désormais à valider le schéma avec la préfecture de police et les neuf communes traversées. « On rentre dans la partie opérationnelle, la plus précise », confirme le sport manager. Les départs des deux marathons sont prévus à 8 heures du matin pour éviter les grosses chaleurs mais Paris 2024 se réserve la possibilité, comme aux Jeux de Tokyo, où l'épreuve avait déjà été délocalisée à Sapporo, de faire partir les coureurs une heure avant. « Il y a deux gros passages en forêt, contrairement à Tokyo, mais je mentirais en disant que c'est fait pour rafraîchir les coureurs », sourit Alain Blondel.