Marc Marquez a testé l'un des futurs biocarburants destinés au MotoGP

Marc Marquez sur sa Honda 2022. (S. Mantey/L'Équipe)

Le MotoGP cherche à s'équiper d'un carburant d'origine non fossile. La route est encore longue mais Marc Marquez a effectué ce mois-ci un test avec un produit composé entièrement de matières recyclées, déjà utilisé en France en Championnat automobile F4.

Le MotoGP vivra en 2023 une révolution sportive avec l'introduction des courses sprint, un 21e Grand Prix au calendrier et la visite du Championnat dans de nouveaux pays (Inde, Kazakhstan). La multiplication des trajets à l'échelle mondiale n'est pas très bon signe pour la planète, mais la Dorna (promoteur du MotoGP) espère commencer à réduire - un peu - son empreinte carbone à partir de 2024, où 40 % des carburants utilisés devront être d'origine non fossile.

Il s'agit d'un premier pas sur une longue route qui doit mener, en 2027 au plus tard, au recours à un carburant 100 % durable. Où en est-on concrètement ? Marc Marquez a apporté une réponse ce mois-ci lors d'un test sur le circuit de Jarama, au nord de Madrid.

lire aussi : L'actualité de la moto

La moto du sextuple champion du monde de MotoGP était alimentée par un carburant composé entièrement de matières organiques recyclées, mis au point par Repsol, partenaire du team Honda. Marquez a effectué douze tours, environ la moitié de la distance parcourue lors d'un Grand Prix. Sa conclusion : « Je me suis senti bien et je n'ai pas remarqué de différence en utilisant le biocarburant, ce qui est finalement l'objectif : maintenir un haut niveau de performance. »

Le WRC y est déjà passé, la F1 vise 2026Ce test s'ajoute à l'expérience du Championnat de France de Formule 4. Cette année, les sept épreuves au programme de la compétition automobile se sont déroulées en utilisant ce biocarburant. Une formule qui réduit de 70 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux carburants fossiles.

Le MotoGP veut donc s'inscrire dans le mouvement constaté dans la plupart des sports mécaniques. Depuis cette année, le WRC utilise des biocarburants et la Formule 1 a prévu d'y passer intégralement en 2026. Chacun de son côté, les fournisseurs en carburants engagés en MotoGP (comme Repsol, BP, TotalEnergies/ELF ou Petronas) sont en train de tester leurs produits, qui devront alimenter aussi les catégories Moto2 et Moto3.