Marcus Smart meilleur défenseur de l'année en NBA, la défense extérieure mise à l'honneur

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En devançant Mikal Bridges (Phoenix) et Rudy Gobert (Utah), Marcus Smart est devenu lundi soir le deuxième meneur de jeu à remporter le trophée de meilleur défenseur de l'année. Le joueur des Celtics rejoint Gary Payton, DPOY en 1996.

Il a créé la surprise. Marcus Smart a été élu défenseur de l'année. Si Rudy Gobert n'était pas attendu à la troisième place, les efforts du meneur des Celtics ont été récompensés (1,7 interception par match, 7e de la ligue). Boston était la meilleure défense de la ligue cette saison (104.59 points encaissés par match, 1er) et son pilier au numéro 36 a eu son rôle à jouer.

lire aussi

/

Gobert seulement 3e pour le trophée de défenseur de l'année

Ce trophée de DPOY (Defensive Player Of the Year) va au-delà d'une simple récompense individuelle pour le joueur des C's. Il valorise le travail des défenseurs extérieurs, souvent oublié au moment des cérémonies de fin de saison. La preuve, Marcus Smart est le deuxième meneur de l'histoire à recevoir ce trophée. Il succède à Gary Payton qui l'avait obtenu en 1996 avec les Supersonics de Seattle. Pour célébrer l'événement, « The Glove » est venu lui-même annoncer à Smart sa victoire.

Sur les lignes arrières, les défenseurs ont très rarement été récompensés

/

En intégrant les ailiers à la défense extérieure, Marcus Smart est seulement le huitième joueur extérieur à devenir défenseur de l'année après Sidney Moncrief, Alvin Robertson, Michael Cooper, Michael Jordan, Gary Payton, Ron Artest et Kawhi Leonard. Sur les lignes arrières, les défenseurs ont très rarement été récompensés, notamment au XXIe siècle. Pourtant, les attaquants les plus dangereux de la NBA moderne sont majoritairement des meneurs ou des arrières (Curry, Harden, Irving...).

Défendre sur ces joueurs est une tâche difficile. Mikal Bridges, arrière des Suns et deuxième au trophée du défenseur de l'année, critiquait le manque de respect à l'égard de la défense extérieure dans une interview accordée à Yahoo Sports : « Je pense que les gens considèrent comme acquis le fait qu'il est difficile de défendre sur les meilleurs joueurs extérieurs dans cette ligue alors qu'on ne peut pas les toucher parce qu'autrement, une faute va être sifflée. J'ai l'impression qu'en tant que défenseur extérieur, on ne vous respecte pas. »

Deux styles de défense difficilement comparables

/

Marcus Smart, Mikal Bridges, Jrue Holiday, Pat Beverley, de nombreux meneurs ont fait de la défense leur arme première. Néanmoins, les intérieurs sont généralement considérés comme les meilleurs dans ce registre, des joueurs sur lesquels une défense se base. Un raisonnement logique, vu leur présence au rebond défensif et au contre où ils sont les plus prolifiques (Matisse Thybulle, Philadelphie, 1,1 contre par match, 20e meilleur contreur, 1er défenseur extérieur du classement).

Défendre sur un extérieur et sur un intérieur sont deux missions très différentes. Comparer et donner du crédit à l'une plus qu'à une autre est donc délicat. Couper des lignes de passes, contester un tir, intercepter, contrer, se positionner... La défense est un art en basket et il peut être difficile de faire un choix entre celle de Marcus Smart ou Rudy Gobert par exemple. Tous deux sont des joueurs très différents, mais avec un impact déterminant sur le jeu défensif de leur équipe.

lire aussi

/

Gobert plombé par le Jazz

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles