Marie-Antoinette Katoto touchée au genou contre la Belgique, le coup dur pour les Bleues

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'équipe de France a perdu Marie-Antoinette Katoto, blessée au genou droit jeudi contre la Belgique. La durée de son absence n'est pas encore connue.

Au début, personne ne l'a vue. Le camp français était au chevet de Charlotte Bilbault, touchée dans un choc et qui souffrait de la jambe (13e). Personne n'avait vu sa course s'arrêter quelques instants plus tôt dans la surface, ces mains qui se portent sur son genou droit et cette grimace qui n'allait plus la quitter. Après quelques pas mal assurés, Marie-Antoinette Katoto s'est effondrée quasiment dans le rond central et les visages des Bleues, staff et joueuses, se sont figés. Tous redoutaient en fait cette image.

lire aussi

Les notes de France-Belgique : Karchaoui et Mateo à la fête

La veille de ce match contre la Belgique jeudi (2-1), lors du dernier entraînement des Bleues, calé à Ashby-de-le-Zouch, l'avant-centre de l'équipe de France s'était déjà trouvée à terre après un choc avec Eve Périsset. Il ne s'agissait alors que d'un simple coup, mais toujours douloureux, au point que Katoto portait des straps bleus sur son genou droit. Celui qui s'est tordu au bout de quelques minutes « Les deux événements n'ont rien à voir, a expliqué Corinne Diacre après le match de jeudi. Mercredi, c'était un coup. Ce soir (jeudi), il y a une torsion. Je ne suis pas médecin et on va attendre le diagnostic, mais pour le moment, c'est une entorse du genou. »

Le médecin des Bleues s'est rapidement affairé au chevet de l'attaquante du PSG en manipulant son genou, pour vérifier l'état des ligaments. Katoto a fini par sortir en grimaçant. Diacre l'a enlacée et, après avoir géré son remplacement, est revenue prendre des nouvelles de son attaquante, lâchant un « put... fait chier » en regagnant son banc, qui en disait long sur son embarras et sa frustration. Et si Katoto est réapparue en deuxième période, c'est en se soutenant sur des béquilles et avec une grosse poche de glace autour du genou.

La course contre la montre est lancée pour Katoto

Le coup est très dur pour les Bleues. Sur le terrain, les partenaires ont semblé un peu déboussolées. « Ce n'est jamais évident de perdre une coéquipière en cours de match », a expliqué Delphine Cascarino. « Je n'ai pas senti tout de suite les joueuses baisser de pied, a commenté Corinne Diacre. C'est un peu plus tard qu'on a eu un temps faible. »

Ouleymata Sarr, qui a remplacé Katoto, n'a pas démérité, mais elle a raté toutes ses occasions de marquer. Au-delà du match face à la Belgique, c'est toute la compétition des Bleues qui va être suspendue au genou de la Parisienne. Le degré de gravité de l'entorse sera déterminé ce vendredi et il en découlera une durée d'absence. Katoto est bien évidemment au repos.

Pour combien de temps ? Le match face à l'Islande lundi est déjà oublié, d'autant qu'il ne compte plus vraiment, la première place du groupe D étant déjà sécurisée. Le quart de finale est fixé six jours plus tard, le 23 juillet, et la demi-finale éventuelle le 27. Une course contre la montre est lancée. On ne se passe pas d'une joueuse qui a marqué 26 buts en 31 sélections aussi facilement.

lire aussi

Corinne Diacre : « Un match cohérent »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles