Marine Johannès spectatrice des Bleues à Pau avant de reprendre du repos

Johannès disputera la Coupe du monde avec les Bleues. (B. Papon/L'Équipe)

L'arrière de l'équipe de France Marine Johannès ne sera pas en tenue ce vendredi soir contre la Belgique (20h30), mais au plus proche des Bleues, qu'elle a retrouvées en milieu de semaine. Elle doit prendre encore un peu de repos avant le départ en Australie.

Souriante et chambreuse dans les salons de la Villa Navarre, hôtel palois spacieux et lieu de retraite des équipes de France, Marine Johannès (27 ans) a pris plaisir à retrouver la sélection cette semaine. Jeudi, veille de match amical contre la Belgique, elle a même enfilé une tenue d'entraînement afin de renouer avec le basket, après une coupure plus que nécessaire. Partie en juin pour la WNBA (États-Unis), elle n'a achevé sa saison américaine que la semaine dernière et a besoin de repos avant de se joindre le 9 septembre définitivement avec le groupe qui s'envolera pour l'Australie - où se tiendra la Coupe du monde 2022, à Sydney, du 22 septembre au 1er octobre -.

Marine Johannès

« J'ai encore besoin de souffler. Mais je me sens déjà bien ! »

Ce vendredi soir, face aux « Belgian Cats », « MJ » ne figurera donc pas sur la feuille de match préparée par le sélectionneur Jean-Aimé Toupane. Et samedi, quand les Bleues s'envoleront pour la Belgique (Courtrai), où elles disputeront une revanche dimanche (16h00), la joueuse de l'Asvel et du New York Liberty reprendra quelques jours de repos. « Je n'ai eu que quatre jours complets de repos depuis que je suis rentrée, j'ai passé du temps avec mes parents, j'ai encore besoin de souffler, glisse-t-elle. Mais je me sens déjà bien ! »

La joueuse aux 102 capes et médaillée de bronze aux Jeux Olympiques avec la France en août 2021 a également confié l'envie de ne pas tarder à se remettre au travail, dans une équipe rajeunie : « Si je suis revenue rapidement voir l'équipe, c'est que ça me fait du bien de croiser tout le monde, de voir comment ça se passe. Je veux faire partie du projet qui se met en place. Ce n'est pas facile d'appréhender cette situation. Je sais que je dois me poser un peu mais qu'il faut aussi de garder le rythme. J'ai hâte d'aller en Australie et disputer les matches amicaux, et cette compétition, qui sera un gros challenge. »