Quand Marko réprimandait le jeune Norris

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Le 28 mai 2016, n'avait pas encore acquis sa réputation de future star, malgré deux titres en MSA Formula (désormais British F4) et en Toyota Racing Series. Leader du championnat de Formule Renault Eurocup, le jeune Anglais d'alors 16 ans avait signé la pole position à Monaco (avant d'être disqualifié en raison d'une infraction technique sur sa monoplace) et avait été contacté par un certain Dr Marko, responsable du Red Bull Junior Team.

"J'ai rencontré Helmut Marko après m'être qualifié en pole à Monaco avant d'être disqualifié car j'avais quelque chose d'illégal sur la voiture", relate Norris dans le podcast Beyond The Grid. "J'étais en pole, et mon manager a reçu un coup de fil de Helmut Marko. Je suis allé le voir, depuis notre paddock qui est à deux kilomètres du circuit, jusque dans le paddock F1. C'était génial, je n'y étais quasiment jamais allé ! Je suis monté sur la péniche Red Bull, je suis entré, nous avons eu une petite conversation et je me rappelle tout ce qu'il a dit !"

Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing, discute avec Max Verstappen, Red Bull Racing

Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing, discute avec Max Verstappen, Red Bull Racing<span class="copyright">Mark Sutton / Motorsport Images</span>
Helmut Marko, Consultant, Red Bull Racing, discute avec Max Verstappen, Red Bull RacingMark Sutton / Motorsport Images

Mark Sutton / Motorsport Images

Le Britannique indique ainsi n'avoir pas reçu d'offre pour rejoindre le Red Bull Junior Team, mais celui qui allait remporter les titres de Formule Renault Eurocup, Formule Renault NEC et F3 Europe avant d'être vice-Champion de Formule 2 n'a pas de regrets à ce sujet.

"J'étais en bonne position avec mes résultats, mon manager s'occupait de la majorité des conversations, et c'était mieux ainsi, je pense", estime Norris. "Il est possible qu'il y ait eu quelque chose, mais je n'ai pas rejoint Red Bull."

"J'ai continué sur ma lancée de l'époque : j'étais performant en Formule Renault, j'ai remporté le titre, et je suis resté libre, je ne me suis pas retrouvé coincé chez Red Bull – une fois qu'on y est, on est surveillé de près. Mon manager savait que pour moi, le mieux était d'être seul, et pas avec Red Bull ou même une autre équipe. J'avais encore la possibilité de passer en F3 et en F2 avant de devoir ou choisir de rejoindre une écurie de F1", conclut le pilote McLaren.

Lire aussi :

Gasly a été "combatif" pour "mettre fin aux conneries"