Le Maroc engage un bras de fer avec le Parlement européen

Photo AFP.

Le 23 janvier, le Parlement marocain a adopté une résolution qui prévoit, entre autres, de soumettre ses relations avec le Parlement européen à une “évaluation approfondie”, rapporte le site de la chaîne d’information Skynews dans sa version arabe. Une riposte de Rabat contre cette institution européenne qui a voté, le 19 janvier, une résolution condamnant la dégradation des droits de l’homme au Maroc.

La chambre des députés et la chambre des conseillers réunies en séance plénière à Rabat pour l’occasion se sont mises d’accord sur une déclaration commune qui enregistre “avec beaucoup de surprise et de ressentiment cette recommandation qui a mis à mort la confiance entre les institutions législatives marocaines et européennes et touché au cœur les acquis positifs qui ont pris plusieurs décennies à se construire”, le tout sur fond d’une “campagne tendancieuse qui cible le royaume”.

Le Parlement européen avait en effet adopté une résolution “non contraignante” le 19 janvier, souligne le journal marocain L’Opinion, dans laquelle Strasbourg “demande instamment” aux autorités marocaines de respecter la liberté d’expression et la liberté des médias, et d’assurer un procès équitable aux journalistes emprisonnés. Si les eurodéputés ont massivement voté en faveur du texte, les élus socialistes espagnols ont choisi de voter contre. Un geste qui, selon le journal marocain, montre que l’exécutif espagnol souhaite se tenir à l’écart de tout ce qui pourrait nuire à ses relations fragiles avec Rabat.

Pour L’Opinion, le Parlement européen a fait le choix d’“attaquer le royaume sur le terrain facile des droits de l’homme” avec en filigrane le “Qatargate”. Le site d’information marocain Le Desk rappelle qu’une enquête belge avait révélé que le Maroc faisait partie des États ayant commis des actes de corruption. D’ailleurs, l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri a reconnu par l’intermédiaire de son avocat avoir bénéficié de largesses en provenance du Maroc, “à travers l’entremise de l’actuel ambassadeur du Maroc en Pologne, Abderrahim Atmoun”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :