Martin Djetou : "Márquez, je l'appelais Pete Sampras"

SO FOOT
·1 min de lecture

La particularité avec l'ASM de la saison 1999-2000, c'est cette impression d'osmose presque immédiate. Quelle en a été votre part ?
Avant le début de saison, le président Campora nous avait dit : "Punaise les gars, ce serait le top si on avait ce titre-là..." C'était le changement de siècle, on avait à cœur de bien faire. Ça pouvait venir de partout avec cette équipe, parce qu'on avait des joueurs de tous les profils : vitesse, jeu dans les couloirs, frappes de loin, jeu de tête... On était complets. Il y avait beaucoup de jeunes, mais on avait aussi la grinta, l'expérience, la technique de Simone, de Gallardo... Moi, j'avais le goût du combat, des duels, de la conquête du ballon. Tigana et Puel m'appelaient le guerrier. Quand Claude Puel était joueur, j'entendais dire que c'était le joueur sur lequel on ne comptait pas, mais, finalement, dès que le coach faisait son équipe, c'était le premier nom qu'il mettait… Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com