Martin ne doit plus se cacher

Plus grosse recrue de l’histoire de Lille, Marvin Martin tarde à briller. Il veut désormais se montrer plus égoïste. Et retrouver les Bleus.

Cette semaine, Marvin Martin est resté à Lille. Pour la première fois depuis environ un an, c'est devant sa télévision qu'il a assisté au début de la campagne de qualification des Bleus en Finlande (1-0) et face à la Biélorussie (3-1). Entré en jeu lors du match amical face à l'Uruguay pour la première de Didier Deschamps, il a ensuite été laissé de côté. "C'est un peu difficile, je m’étais habitué à participer à ces regroupements", avoue-t-il du haut de ses 15 sélections. D'autant plus difficile que ses nouveaux coéquipiers au LOSC, Rio Mavuba et Mickaël Landreau, savouraient dans le même temps leur retour en sélection. "Même si je n'y suis pas, je regarde mes équipiers, ajoute-t-il. Mais quand on y a goûté, on a envie d'y retourner".

Et si c'était un mal pour un bien ? Pour retrouver l'équipe de France, l'ancien Sochalien doit d'abord remonter la pente en club. Alors il en a profité pour se préparer à Luchin. "Si je n’y suis pas cette fois, c’est qu’il m’a manqué quelques petites choses, sait-il. Cette absence m’a aussi permis de récupérer en restant à Lille et de bien travailler aussi". Car, depuis son arrivée à Lille, Martin tarde à trouver ses marques. "Je peux faire mieux", reconnaît-il volontiers. En quatre matches, dont trois comme titulaire, il n'a qu'une passe décisive à mettre à son actif. Un caviar pour la tête de Salomon Kalou face à Nancy (1-1) lors de la deuxième journée. Un coup d'éclat qui attend toujours confirmation. "Je dois être plus décisif. Je dois notamment progresser dans la finition", avance-t-il.

"Je dois penser un peu plus à ma gueule"

Le LOSC, qui compte une seule victoire au compteur, attend plus de la recrue la plus chère de son histoire (12 millions d'euros). Rudi Garcia s'est entretenu avec lui pour lui demander de se montrer plus offensif. "Comme il arrive, il a envie de se fondre dans le collectif. Il est en presque trop altruiste. Il n'est pas assez proche du but et ne tente pas assez de choses", lui reprochait-il récemment. Message reçu : "Parfois, je veux être un peu trop collectif dans mon jeu. Rudi (Garcia) m’a déjà dit qu’il fallait que je frappe plus au but. Je dois penser un peu plus à ma gueule. Je dois penser un peu plus à moi." Un registre dans lequel il ne s'inscrit pas naturellement. "Même à l'entraînement, il faut que je frappe. Je fais trop la passe, je le sais", raconte-t-il.

Et si le problème était tactique ? Dimanche dernier, face au PSG (1-2), Martin était nouvelle fois aligné le côté droit. Lui-même concède qu'il est pourtant plus à l'aise en véritable numéro 10. "Rudi Garcia sait que je me sens mieux dans l’axe, où je peux apporter ma vitesse, mon jeu en mouvement et ma percussion vers l’avant, explique-t-il. Mais s’il trouve que je vais être plus décisif à droite ou à gauche, alors je m’excentre sans aucun souci". A Lille, on ne s'inquiète pas. Et on n'attend pas qu'il fasse oublier Eden Hazard. "Ce sont deux joueurs aux styles différents, rappelle Béria. Mais avec le temps, l'équipe sera tout aussi efficace sur la durée". Même optimisme pour Mavuba  selon qui Martin "colle parfaitement au système de jeu" lillois. A lui de vite trouver ses marques pour faire enfin décoller le LOSC. Et pourquoi pas éteindre la télé les soirs de matches internationaux.

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant

Les plus vus