Mathew Leckie (Australie) : « C'est tellement d'émotion »

Mathew Leckie a ouvert le score à l'heure de jeu pour les Socceroos. (T. Groothuis/Presse Sports)

Auteur du but de la qualification de l'Australie contre le Danemark (1-0), Mathew Leckie n'a pas caché sa joie à l'idée de jouer un huitième de finale de Coupe du monde.

Mathew Leckie, auteur du but de la victoire de l'Australie contre le Danemark (1-0) : « C'est tellement d'émotions. On veut rêver en grand et on avait dit quand nous sommes arrivés que nous voulions passer le premier tour. Maintenant, c'est fait. Il y a maintenant un match de plus. Le plus important maintenant est d'être prêts. Beaucoup de joueurs sont épuisés, mais c'est exactement ce qu'il fallait faire pour avoir un résultat ce soir.

lire aussi : Les tops-flops d'Australie-Danemark

C'était un match intense, on a très bien défendu. [...] Cela montre quelle équipe nous sommes, ceux qui démarrent comme ceux qui entrent en jeu, ou même ceux qui ne jouent pas. On n'avait aucun contrôle sur ce qui se passait dans l'autre match (Tunisie-France), il fallait gagner, on est arrivé avec une bonne mentalité pour gagner, jouer notre jeu et je pense que c'est mérité. Jouer une Coupe du monde, c'était un rêve quand j'étais jeune. On espère être une inspiration pour les jeunes. »

Graham Arnold, sélectionneur de l'Australie, après la qualification en huitièmes de finale, en conférence de presse : « Je suis si fier des joueurs, de l'engagement, de leur combat. Le Danemark est vraiment une bonne équipe avec des joueurs qui jouent dans les grands championnats. Ce que j'ai dit à mes joueurs ? Pas de réseaux sociaux jusqu'à quatre ou cinq heures du matin, je sais que le plus important maintenant est de récupérer, de dormir, être sûr d'être prêts pour le prochain match.

lire aussi : Kasper Hjulmand (Danemark) : « Nous n'avons pas atteint notre niveau »

Je suis si fier qu'on ait réussi à mettre des sourires sur le visage des gens, c'est la toute première fois qu'une équipe d'Australie gagne deux matches de suite en Coupe du monde. On parle peut-être d'une nouvelle génération dorée. On a beaucoup parlé de la génération dorée de 2006 qui avait marqué quatre points, on en a marqué six. »