Matt Fitzpatrick et le 17e trou de Saint-Andrews : « Une pression terrible »

Matthew Fitzpatrick au 150e British Open. (Richard Heathcote/R A/R a via getty images)

L'Anglais Matt Fitzpatrick est un connaisseur avisé du parcours de Saint Andrews, qu'il joue régulièrement depuis ses années juniors. Le tenant de l'US Open livre son ressenti sur le terrible 17e trou du parcours écossais, hôte dès jeudi du 150e Open britannique.

« C'est un trou fantastique. Je dirais qu'il faut avoir confiance en ses lignes de jeu, depuis le tee. De mémoire, il faut viser une des lettres de l'hôtel et s'y tenir. Je pense qu'il est vraiment important de savoir où se trouve le bord droit du fairway, où se trouve le hors-limites. Le deuxième coup est si important. Jouer depuis le fairway est capital pour avoir au moins une bonne chance de faire rebondir la balle sur la bonne pente et la garder sur le green.

Tout le monde sait que si vous finissez dans le bunker de gauche, vous êtes mort. Manquer le green à droite, c'est la mort aussi. La banquette de droite est le pari le plus sûr, mais ce n'est pas facile de sauver le par à partir de là. C'est un trou difficile, qui met une pression terrible, notamment quand vous êtes en tête du tournoi. J'ai déjà frappé un fer 4 pour atteindre ce green, mais si le vent est favorable, ça facilitera vraiment la tâche. »

4.66

Avec un score moyen de 4.66, le 17 fut le trou le plus dur de l'édition 2015 de l'Open britannique. Ce fut même le trou le plus ardu de toute la saison sur le PGA Tour, cette année-là.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles