Matt Fitzpatrick, vainqueur de l'US Open : « Pourtant, j'ai du mal dans les bunkers de fairway ! »

Matt Fitzpatrick, vainqueur dimanche à Brookline de l'US Open. (B. DeChiara/USA Today Sports/Presse Sports)

Auteur de l'une des belles sorties de bunker de l'histoire pour conclure l'US Open, dimanche à Brookline, Matt Fitzpatrick est revenu sur ses récents progrès en conférence de presse.

Sa sortie de bunker décisive, au 72e trou

« Je vais être honnête. J'ai eu beaucoup de mal cette année à jouer dans les bunkers de fairway. J'ai eu une bonne session à l'US PGA et mon coach m'a un peu aidé. Je ne suis toujours pas à 100 % de mes capacités. Le lie de la balle (balle plus basse que les pieds) m'a forcé à ne pas jouer directement vers le drapeau. Il m'a forcé à aller bien viser à gauche. Si j'avais dû taper une trajectoire toute droite, j'aurais peiné à garder la balle sur le green.

Je suis rapide à jouer et tout s'est passé si vite. C'est comme si mes aptitudes naturelles avaient pris le dessus, comme si j'étais un junior qui essayait d'envoyer la balle le plus près possible du drapeau. Et je ne voulais pas faire ça, mais je me suis juste engagé dans le coup qu'on avait prévu et j'ai réussi à faire un fade tendu.

J'ai juste senti que je devais toucher le green. Si j'y parvenais et que je faisais le par, cela mettrait la pression sur Will (Zalatoris). Je savais qu'il allait mettre la balle proche du trou. C'est l'un des meilleurs joueurs d'approche du circuit. C'est ce qui est bien quand on connaît les statistiques. On sait contre qui on va jouer. »

Son putt du 72e trou

« Je savais qu'il allait se donner une chance. Quand j'ai frappé ce premier putt, je me suis dit qu'au moins j'avais une chance (de gagner le tournoi, sans attendre le putt de Zalatoris). J'étais un peu inquiet d'avoir à lui donner la ligne de putt. J'ai dit à Billy que j'avais eu le même putt à l'US Amateur (2013), lors de la session du matin en finale, et que j'avais vraiment envie de le réussir. Je pensais qu'il tournerait plus qu'il ne l'a fait, d'autant que j'avais bien repéré cette pente à l'entraînement. »

Son récent gain de puissance

« J'ai fait mon test antidopage, et il était négatif, donc tout va bien (rire). Depuis 2020, j'ai passé beaucoup de temps à travailler avec Mike Walker et mon biomécanicien Sasho Mackenzie. (Sasha) m'a donné ce bâton de vitesse appelé The Stack. Je l'ai fait religieusement semaine après semaine. C'est comme aller à la salle de gym. Je vais être honnête, ça a fait des merveilles. J'ai l'impression qu'il y a trois/quatre ans, si j'avais été dans cette position avec Will dans le groupe final, j'aurais été inquiet de me retrouver 15 mètres derrière lui. Et je me suis senti à l'aise toute la journée en sachant que j'allais le dépasser, ce qui me donne confiance pour le prochain coup. Il y a une sorte de mentalité qui fait que lorsque vous frappez plus loin que les autres, c'est assez agréable. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles