Max Verstappen assume avoir désobéi aux consignes de Red Bull lors du GP du Brésil

Max Verstappen assume son refus de laisser passer Perez au Brésil. (S. Mantey/L'Équipe)

Le champion du monde Max Verstappen a assumé jeudi le fait d'avoir volontairement désobéi aux consignes de son board dans le dernier tour du GP du Brésil en refusant de laisser passer son coéquipier Sergio Perez.

Le torchon a brûlé chez Red Bull lors du GP du Brésil quand dans le dernier tour, Max Verstappen a refusé de laisser passer son coéquipier Sergio Perez pour lui permettre de prendre la deuxième place du Championnat, alors que telles étaient les consignes chez Red Bull. Ce jeudi, en conférence de presse avant le GP d'Abu Dhabi dimanche, Verstappen a assumé : « Au final, je n'ai rien fait de mal, c'est juste que les gens ont mal compris ce qui s'est passé. »

Selon Verstappen, ce refus est une réponse à « quelque chose qui s'est passé plus tôt dans la saison ». Ce « quelque chose », pour beaucoup d'observateurs, il s'agit de la manche de qualifications au GP de Monaco, en mai dernier, où Perez était parti en tête-à-queue, empêchant Verstappen de passer devant.

lire aussi : Le classement des pilotes en 2022

Des spéculations que le Mexicain a réfutées à son tour ce jeudi, en disant qu'il n'avait « pas fait exprès » de partir à la faute. Même s'il a tenu à apaiser les tensions, « Checo » s'était tout de même un peu emporté à São Paulo après le refus de Verstappen de le laisser passer. « a montre qui il est vraiment », avait-il lâché en communication radio.

Quoi qu'il en soit, ces frictions promettent de nouvelles étincelles en 2023.

lire aussi : L'actualité de la Formule 1