Max Verstappen remporte le GP d'Italie devant Charles Leclerc

C'est la 11e victoire cette saison pour Max Verstappen. (JENNIFER LORENZINI/Reuters)

Max Verstappen (Red Bull) s'est imposé dimanche pour la première fois à Monza, sur les terres de Ferrari, devant Charles Leclerc (Ferrari) et George Russell (Mercedes). Le titre mondial se rapproche encore un peu plus pour le Néerlandais, qui a franchi la ligne d'arrivée derrière la voiture de sécurité.

L'impressionnante masse rouge des tifosi espérait un retour triomphant de la Scuderia sur ses terres, pour fêter les 100 ans du circuit de Monza et les 75 de l'écurie. Ils ont dû assister, frustrés, à la procession victorieuse sous voiture de sécurité de Max Verstappen (Red Bull). Le Néerlandais s'impose ce dimanche devant Leclerc et Russell et remporte son 11e GP de la saison, le 5e d'affilée. Il compte désormais 335 points au classement, 116 de plus que son dauphin monégasque, à 6 courses de la fin de saison.

lire aussi

Le film de la course

Opération remontée pour Red Bull, Sainz et Hamilton

La grille de départ de ce GP avait été chamboulée par les pénalités touchant 9 pilotes, pour changements d'éléments dans leurs moteurs et boîtes de vitesses. Verstappen, 7e au départ, avalait tout de suite Alonso et Norris, auteur d'un mauvais départ en 2e ligne. Le Néerlandais, en gommes tendres, dépassait ensuite Gasly, Ricciardo et Russell pour se hisser en 2e position dès le 5e tour derrière Leclerc. Le Monégasque rentrait aux stands sous virtual safety car au 12e et laissait son rival prendre la tête.

Verstappen étendait lui la durée de vie de ses gommes rouges jusqu'au 26e tour, optant pour une course à un seul arrêt et une 2e partie en pneus mediums. Leclerc de son côté rentrait à nouveau au 34e tour pour finir en tendres. Mais l'écart avec le pilote Red Bull était alors trop important (18'5). L'arrêt de Ricciardo au 48e tour en bord de piste, déclenchant une safety car inespérée, suscitait l'espoir de Ferrari et ses tifosi. Une joie de courte durée, puisque le drapeau jaune restait en place jusqu'à celui à damier, offrant une victoire sans bataille à Verstappen.

lire aussi

Verstappen : « J'ai enfin ma victoire ici »

Trois autres pilotes étaient engagés dans une course contre les pénalités ce dimanche. Perez, 13e sur la grille, termine 6e, après être rentré une seconde fois pour chausser des pneus tendres et chiper le point du meilleur tour à Leclerc. Il termine derrière Sainz et Hamilton, partis 18e et 19e et qui gagnent chacun 14 places. Le Britannique s'est notamment illustré au 36e tour avec un double dépassement sur Gasly et Norris.

De Vries, première triomphante

Le Néerlandais a été élu « Pilote du jour » pour ce GP, son premier au volant d'une F1. Remplaçant d'Albon au dernier moment (appendicite), le pilote de réserve chez Mercedes partait 8e sur la grille. Après avoir longtemps résisté à Zhou dans la lutte pour la 10e place, il profite de l'abandon de Ricciardo pour finir 9e et marquer des points dès sa première apparition dans la catégorie reine. Un message envoyé par celui qui convoite un baquet l'an prochain.

Côté tricolore, Pierre Gasly (Alpha Tauri) a confirmé son bon week-end en terminant 8e, malgré une course frustrante passée à tenter de dépasser Ricciardo, en vain. « Je devenais fou dans la voiture », confiait-il d'ailleurs à l'arrivée. Sa tentative d'undercut au 19e tour n'a pas eu plus de succès, l'Australien le contrant au tour suivant pour rester devant. Esteban Ocon (Alpine), parti 14e, termine 11e derrière Zhou mais n'a jamais vraiment pu se mêler à la lutte pour les points.

lire aussi

Le classement du GP d'Italie

lire aussi

Le classement général des pilotes