Max Verstappen signe la pole position à Interlagos !

Red Bull's Dutch driver Max Verstappen waves after taking pole position for the F1 Brazil Grand Prix in the qualifying session at the Interlagos racetrack in Sao Paulo, Brazil, on November 16, 2019. (Photo by Carl DE SOUZA / AFP) (Photo by CARL DE SOUZA/AFP via Getty Images)
Red Bull's Dutch driver Max Verstappen waves after taking pole position for the F1 Brazil Grand Prix in the qualifying session at the Interlagos racetrack in Sao Paulo, Brazil, on November 16, 2019. (Photo by Carl DE SOUZA / AFP) (Photo by CARL DE SOUZA/AFP via Getty Images)

FORMULE 1 - Dominateur d’un bout à l’autre de la séance de qualifications, ce samedi sur le circuit d’Interlagos, le Néerlandais Max Verstappen partira dimanche en pole position du Grand Prix du Brésil. Le pilote Red Bull devance Sebastian Vettel et le champion du monde 2019 Lewis Hamilton.

Cette fois, il n’a pas laissé de place au doute. Privé de la pole position il y a trois semaines au Mexique en raison d’une infraction à la règle du drapeau jaune, le Néerlandais Max Verstappen a survolé la séance de qualifications du Grand Prix du Brésil, ce samedi à Sao Paulo, et logiquement décroché une deuxième pole officielle en carrière, après la Hongrie cet été. Déjà en haut de la feuille des temps en Q1 et en Q2, le pilote Red Bull a confirmé son ascendant en Q3 en mettant tous ses rivaux à plus d’un dixième de seconde.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le plus menaçant d’entre eux fut Sebastian Vettel, qui avait réalisé un premier run très proche de celui de Verstappen en Q3. L’Allemand doit finalement se contenter de la deuxième place. En deuxième ligne, Lewis Hamilton, sacré champion du monde aux Etats-Unis il y a treize jours, sera accompagné par son coéquipier Valtteri Bottas, en raison de la pénalité de dix places sur la grille (changement moteur) infligée à Charles Leclerc, initialement 4e.

Sainz piégé, Norris et les Renault déçoivent

Si le suspense fut plus limité que prévu au sommet du classement, la séance fut en revanche parsemée de surprises chez les seconds couteaux, avec pour commencer le problème moteur dont fut victime Carlos Sainz (7e du classement général des pilotes), qui priva le pilote McLaren de touote chance de passer en Q2. Sans temps, l’Espagnol partira 20e, derrière les Williams, l’habituel Lance Stroll (éliminé en Q1 pour la 14e fois en 20 courses) et Daniil Kvyat, grand battu du dernier run.

La Q2 confirma un écart de performances très réduit dans le peloton, une situation qui a pour une fois souri aux Haas, toutes deux qualifiées en Q3, tout comme le Français Pierre Gasly, coéquipier de Kvyat chez Toro Rosso. La déception fut en revanche de mise pour les Renault (Ricciardo 12e, Hülkenberg 14e) et pour l’autre McLaren de Lando Norris (11e). Grâce à la pénalité de Leclerc, ces trois pilotes grimperont toutefois d’une place sur la grille de départ.

Gasly et Grosjean brillent

Les tendances observées en Q1 et Q2 allaient se confirmer en Q3, avec Verstappen au dessus du lot, les Ferrari un peu plus rapides que les Mercedes (en dépit du joli tour joué à Leclerc par Hamilton dans le dernier run), mais aussi des Français en verve, Pierre Gasly et Romain Grosjean se disputant le 7e temps, celui du “meilleur des autres” jusqu’au bout de la séance. Avantage finalement au Rouennais, qui s’élancera donc de la troisième ligne, tandis que la Haas de Grosjean récupère la P7.

Renforcé par la rétrogradation de Leclerc (qui partira 14e en pneus mediums et donc sur une stratégie décalée), le résultat de ces qualifications laisse en tout cas augurer d’une lutte féroce pour la 3e place du classement pilotes, principal enjeu de la fin de saison (Hamilton et Bottas sont déjà assurés des deux premières). Avec respectivement 14 et 19 points de retard sur Charles Leclerc, Max Verstappen et Sebastian Vettel semblent en position idéale pour amoindrir l’écart ce dimanche. Mais le Monégasque ne l’entend certainement pas de cette oreille...


À lire aussi