Melbourne a vibré après la qualification de l'Australie en 8es de finale de la Coupe du monde

Les joueurs australiens fêtent leur qualification en huitièmes de finale du Mondial, mercredi, après la victoire contre le Danemark (1-0). (TimGroothuis/Witters /Presse Sports)

Pour la deuxième fois de son histoire, l'Australie s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Mercredi, à deux heures du matin heure locale, les habitants de Melbourne se sont rendus par centaine dans le centre-ville pour vivre la victoire décisive des Socceroos contre le Danemark (1-0).

En plein centre-ville de Melbourne, lors de chaque événement sportif important, les fans se rassemblent sur la place Federation Square. En janvier, lors de l'Open d'Australie, tous les malheureux qui n'avaient pas réussi à se procurer un billet pour les matches s'y étaient rendus, souvent une bière à la main, pour encourager Nick Kyrgios, Alex De Minaur et consorts.

lire aussi : L'Australie piège le Danemark et se qualifie

Depuis le début de la compétition au Qatar, l'écran est branché sur SBS pour suivre en direct chaque match des Socceroos. La rencontre décisive face au Danemark avait une importance toute particulière. Malgré l'horaire (très tardif, il était plus de 3 h 30 du matin au coup de sifflet final) en milieu de semaine et avec, aux premiers abords, de faibles chances de se qualifier pour les huitièmes, les Australiens étaient plusieurs milliers à Federation Square pour encourager leur sélection.

Andrew faisait partie des supporters présents sur place. Tout au long de l'année, il ne suit pas le football, mais « pour le fun », il a décidé de se rendre sur la fameuse place à vélo, à deux heures du matin ce 1er décembre, premier jour de l'été ici. Les températures sont douces, Andrew ne travaille pas le lendemain, toutes les conditions sont réunies pour passer un jeudi matin hors du commun.

Tension, bonne humeur et espoirsMelbourne est une grande ville, mais habituellement, la nuit est calme et silencieuse. Mais pas cette fois. Dans la bonne humeur, vêtus pour la majorité de vert et or, les habitants de la ville se dirigent vers l'écran géant. « Aussie, aussie, aussie ! » C'est l'écho qui résonne dans la ville encore un peu endormie. Il est deux heures du matin, la majorité des gens travaillent dans quelques heures et pourtant, les Australiens ont fait le déplacement.

lire aussi : Les tops-flops d'Australie-Danemark : Leckie libère les Socceroos, Skov Olsen transparent

Pour Andrew, c'est compliqué de trouver un coin calme dans ce joyeux brouhaha : « Je n'ai pas réussi à m'approcher plus, mais c'est très bien d'ici, même si je ne vois pas beaucoup. » L'écran n'est pas d'une qualité incroyable, le son non plus, mais ça n'a pas d'importance puisque ce sont les « boooouuuh » des supporters qui résonnent dès que les Danois récupèrent le ballon. À la pause (0-0), l'ambiance était tendue, mais la bonne humeur régnait puisque les Socceroos pouvaient encore se qualifier avec un match nul, à condition que la France ne perde pas.

Juste avant l'heure de jeu, SBS tenait informée les spectateurs du classement en direct. La France est toujours première, mais la Tunisie est à présent deuxième : « J'ai compris qu'ils étaient en train de gagner, dit Andrew, l'Australie était troisième et donc éliminée. » Tranquillement installé dans son coin, il hésite à rentrer chez lui. Il a emporté sa radio et écoute les commentaires avec quelques secondes d'avance sur la retransmission télé.

À la 60e, il entend le but de Mathew Leckie avant de le voir en images. Andrew a à peine le temps de réagir avant que Federation Square ne pousse un cri de soulagement. Des fumigènes sont craqués. En deux minutes, les Australiens passent du statut d'éliminés à celui de qualifiés. Comme contre la Tunisie (victoire 1-0), ils se sont ensuite concentrés sur leur stratégie défensive, qui a payé.

lire aussi : Leckie : « C'est tellement d'émotion »

Pour les joueurs sur le terrain comme pour les Melbourniens rassemblés en pleine nuit, le coup de sifflet final est une délivrance. « On ne nous voyait déjà pas arriver là, alors pourquoi pas une marche de plus ? » Pour Andrew, le rendez-vous est pris. Au réveil, c'est presque l'Australie tout entière qui se réveille dans l'euphorie de la victoire. Les chaînes d'informations principales ouvrent leurs journaux avec « l'exploit », le jeune Garang Kuol, 18 ans et futur joueur de Newcastle, était l'invité du journal de 19h30 sur ABC News.

Samedi, pour le deuxième huitième de finale de son histoire (après 2006 et une élimination face à l'Italie, 0-1), les Socceroos ont l'occasion d'écrire un peu plus l'histoire. À Melbourne, le lieu de rendez-vous habituel pourrait être différent. La foule était si importante contre le Danemark, que les autorités de l'État de Victoria pensent à déplacer l'écran géant dans un endroit plus grand, pour accueillir encore plus de supporters. Et espérer une nouvelle nuit historique.

lire aussi : Toute l'actualité de la Coupe du monde