Mercato - ASSE : En interne, l'avenir de Claude Puel semble bientôt acté !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après une nouvelle défaite le week-end dernier, l’ASSE est lanterne rouge de Ligue 1 avec seulement 3 points. Une situation qui place Claude Puel sur un siège éjectable, à quelques jours du derby face à l’OL qui pourrait être fatal à l’entraîneur de 60 ans.

Arrivé en octobre 2019 dans le rôle de sauveur, Claude Puel peine à remplir sa mission chez les Verts. Alors qu’il s’apprête à fêter ses deux ans à la tête de l’AS Saint-Etienne, l’entraîneur est plus que jamais sous le feu des critiques après la terrible série du club du Forez, désormais lanterne rouge de Ligue 1. L’ASSE vient d’enchaîner une cinquième défaite consécutive après le lourd revers contre l’OGC Nice (3-0) ce samedi et voit son avenir s’assombrir, à une semaine d’un derby crucial face à l’Olympique Lyonnais. Les Verts n’auront pas le droit à l’erreur pour espérer se relancer en Championnat, mais ce rendez-vous historique pourrait également sceller l’avenir de Claude Puel, désormais sur un siège éjectable.

Claude Puel seul contre tous

Longtemps intouchable, Claude Puel a vu sa situation se fragiliser au fil des mois. S’il conserverait toujours la confiance de Bernard Caïazzo, l’entraîneur de 60 ans serait en revanche dans le collimateur de Roland Romeyer selon les informations de L’Équipe. La relation entre les deux hommes s’est détériorée et cela pourrait provoquer la chute de Claude Puel, qui ne serait plus protégé par son contrat courant jusqu’en juin 2022. L’ambiance est également électrique dans le vestiaire,…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles