Mercato - ASSE : Poussé vers la sortie, Claude Puel est fixé pour son avenir !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Menacé après le début de saison catastrophique de l’ASSE et poussé vers la sortie par les supporters du club, Claude Puel est parvenu à sauver sa peau avec le nul arraché contre Angers (2-2) ce vendredi. Pour autant, l’entraîneur stéphanois reste sous pression.

La rencontre explosive contre Angers ce vendredi a été le dénouement d’une nouvelle semaine très agitée pour Claude Puel. Alors que l’AS Saint-Etienne est lanterne rouge de Ligue 1, le tacticien de 60 ans est en effet sous le feu des critiques dans le Forez, et les supporters l’ont fait savoir avant le match comptant pour la 11e journée de Ligue 1. Après avoir réclamé la tête de Claude Puel, le public de Geoffroy-Guichard a affiché sa colère en lançant plusieurs projectiles et fumigènes sur la pelouse, empêchant le coup d’envoi de la rencontre qui a finalement été lancé à 22 heures. Les conditions n’étaient donc pas idéales pour l’équipe de Claude Puel, en manque de confiance et menée 2-0 à l’heure de jeu. Finalement, les Verts sont parvenus à se relancer par l’intermédiaire de Wahbi Khazri (61’) et Mickaël Nade (90+4’). Un point précieux qui ne permet toutefois pas à l’AS Saint-Etienne de quitter la dernière place du classement après 11 journées sans la moindre victoire, mais Claude Puel peut néanmoins souffler pour son avenir.

Du sursis pour Claude Puel

Ces derniers jours, le départ de Claude Puel était en effet annoncé avec insistance à Saint-Etienne. En début de semaine, RMC annonçait qu’une réunion de crise avait été…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles