Mercato - Barcelone : Ça pourrait aller moins vite que prévu pour Xavi !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sans entraineur depuis plus d’une semaine, le FC Barcelone travaille d’arrache-pied pour arracher Xavi à Al Sadd.

Tout devait s’arranger rapidement. Pendant que l’intérim de Sergi Barjuan continue, le FC Barcelone a mandaté deux hommes au Qatar pour négocier avec Al Sadd et ainsi boucler le retour de Xavi. Ces deux hommes ne sont autre que Mateu Alemany et Rafa Yuste, respectivement vice-président et directeur exécutif du Barça, qui auraient déjà rencontré les dirigeants du club qatari. Cette première rencontre n’aurait toutefois rien donné ! La presse catalane annonce en effet que l’absence de Joan Laporta aurait agacé Al Sadd, mais surtout le propriétaire, le Cheick Mohammed bin Khalifa Al Thani. Ce dernier estimerait que la moindre des choses aurait été de discuter de président à président pour Xavi, à qui il aurait d’ailleurs promit un bon de sortie en cas d’intérêt de son ancien club le FC Barcelone. Le fait d’envoyer deux autres personnes s’occuper de ce dossier aurait été pris comme une insulte par le Cheikh, qui ne voudrait désormais discuter qu’avec Xavi.

Le Cheikh Al Thani bloque encore les choses

D’après les informations de Mundo Deportivo, ces dernières heures les différentes parties se sont surtout concentrés à régler ce problème précis. Certaines sources proches du dossier expliquent que le propriétaire d’Al Sadd retarderait au maximum toute négociation, réclamant de 5 à 10M€ d’indemnité pour finalement lâche Xavi, dont le contrat court jusqu’en juin 2023. Le problème,…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles