Mercato - Barcelone : Neymar, Haaland... Les gros regrets du Barça avec Ousmane Dembélé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Recruté en panique après le départ de Neymar vers le PSG, Ousmane Dembélé a coûté une petite fortune au FC Barcelone. Le transfert du Français est estimé à 135M€ bonus compris, et son passage en Catalogne peine jusqu’ici à justifier ce montant, de quoi faire regretter aux dirigeants cette opération.

En 2017, un vent de panique soufflait du côté du FC Barcelone. Malgré la volonté de conserver Neymar, le club culé était contraint de laisser filer sa star brésilienne vers le PSG après le paiement de sa clause libératoire fixée à 222M€. À moins d’un mois de la fin du mercato, un renfort de taille était ainsi attendu en Catalogne pour succéder à l’ancien numéro 11, et c’est vers Ousmane Dembélé qu’a décidé de se diriger le conseil d’administration de l’époque, dirigé par Josep Maria Bartomeu. Tout est allé très vite pour le natif de Vernon, trop peut-être. Après avoir explosé au Stade Rennais le temps d’une saison, Ousmane Dembélé se fait remarquer au Borussia Dortmund et prend le chemin du Camp Nou pour 105M€ + 40M€ de bonus dans une opération qui a tout l’air d’un panic buy de la part du FC Barcelone, encore sous le choc du transfert de Neymar vers le PSG. Un recrutement aujourd’hui regretté par le club.

Le Barça regrette le transfert de Dembélé

Quatre années après son arrivée, Ousmane Dembélé peine toujours à faire l’unanimité au FC Barcelone. L’international tricolore n’a inscrit que 30 buts et délivré 21 passes décisives en 118 rencontres disputées, la faute à des blessures répétées…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles